Forum Nains , Duardins , Fyreslayers et Kharadrons

Jeux et loisirs
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Bienvenue Invité

Nouveautés:
Blog : Si vous souhaitez un mini article tout les jours qui parle de nains ou ce qui les concernent, c'est ici!

Pour ceux qui veulent "Discord" (logiciel vocale gratuit) entre Nains:
Demander l'adresse par mp à "Grodbur Kazgar" membre du forum.

Partagez
 

 [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Gromdal Drekgiti
Longue barbe
Longue barbe
Gromdal Drekgiti

Nombre de messages : 652
Age : 23
Localisation : Somewhere, beyond the sea ... tralalaaaa
Date d'inscription : 02/09/2012

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptyJeu 25 Oct 2012 - 10:00

Note : ceci est une ancienne version, inachevée, d'un de mes récits en cours de rédaction. Vous pouvez toujours la lire, bien sûr, mais si vous cherchez la "nouvelle" version (qui est sûrement meilleure, d'ailleurs), vous pouvez cliquer ICI. Sur ce, que vous choisissiez de lire l'une ou l'autre des versions, bonne lecture !

Salut à tous !

Comme vous le savez certainement, mon avatar est un ambassadeur nain qui se balade en Ulthuan.
Il m'est donc venu à l'esprit de raconter ses aventures.

Ce premier récit est en quelque sorte l'intro de l'histoire. Ne vous étonnez pas s'il n'y a ni action ni suspense, c'est normal.

 Aramir attendait depuis déjà trois quarts d’heures sur le quai. Impatient, il tournait en rond, foulant le sol de ses bottes finement ouvragées, et prit finalement le temps d’observer ce qui se passait autour de lui. Le port de Lothern était décidemment bien plein aujourd’hui. Elfes et marins  étrangers couraient en tous sens, portant telles denrées dans les bateaux, sortant des paquets et échangeant monnaie sonnante et trébuchante. Du coin de l’œil, il observa un marin de Cathay courir sur la grève après un vaisseau qui devait sûrement être le sien. Pourquoi était-il partit sans lui, c’était un mystère, mais toujours était-il que la situation fit se lever les commissures de lèvres de l’ambassadeur elfique. Puis il porta son regard sur les autres bateaux amarrés, et ce simple fait lui rappela le déclin de sa race : en effet, il y avait deux fois plus de bateau étrangers que de bateaux elfiques… Vraiment, pensa Aramir, nous vivons une sombre époque, et pas seulement pour nous : l’Empire était rongé jusqu’en son centre par les cultistes, les Nains dans leurs montagnes croulaient sous les trésors, mais encore plus sous les Peaux-Vertes et les Skavens qui les assaillaient de toute part, et ne parlons pas du reste. Comme par réflexe, son regard se dirigea vers le soleil couchant dans le lointain, lui donnant une attitude des plus nostalgiques qui soient. Attitude qu’il ne garda pas longtemps car, avec le soleil couchant, il réalisa qu’une demi-heure de plus venait de filer.
 Mais que faisaient-ils ? Se demanda l’Elfe, puis il vit un nuage de fumée s’élevé au loin, bientôt suivi par une tache sur l’horizon, tache qui se mit à grossir pour finalement se transformer en un de ce que ces pauvres ignares osaient appeler « bateau », fussent-t-ils à vapeur ou non. Presque aussitôt, le vacarme des machineries tant renommées, et aussi redoutées se mit à remplir le port et tous les yeux présents se tournèrent vers la source du bruit. Si les humains retournèrent vite à leurs occupations, les Hauts-Elfes furent plus long à détacher leurs regards du navire, certains portants même leurs mains à leurs ceintures où pendaient poignard et autres armes. Et oui, on était jamais sûr des intentions des étrangers, alors les Elfes préféraient éviter les risques inutiles, bien qu’il soit peu concevable que même le plus arriérés des humains ose s’attaquer à un Elfes à l’intérieur même des terres du fier peuple Asur. Se détachant de ces pensées peu positives, Tharen se concentra sur le vaisseau nain. Il avance sacrément vite, se dit l’ambassadeur à lui-même, et pourtant il n’a ni rames ni voiles et son poids doit être très lourd… surtout avec des nains dessus, ajouta-t-il avec un sourire qu’il ne réfréna pas. Mais il devait bel et bien constater que les nains possédaient une maîtrise de la technologie fascinante.
 S’arrêtant au beau milieu du port, le navire ouvrit une de ses nombreuses ouvertures, et de cette porte sortit une embarcation portée par une grue mécanique qui déposa la barque, encore qu’une embarcation de cette taille puisse difficilement s’appeler barque, et avec la barque l’équipage de celle-ci. Puis le bras mécanique disparu aussi vite qu’il était venu et le vaisseau nain fit demi-tour et finit lui aussi par disparaître après avoir tourné à quelques encablures du port. Pendant ce temps, l’équipage de la barge, oui, c’était le bon mot, ce dit Aramir, s’affaira et l’embarcation sembla s’avancer sans qu’aucun des nains aient sortit une rame.
Voyant que la barge s’engageait vers le quai où il attendait, Aramir se prépara. Il se tint droit et prit une grande inspiration et, soudain, on eut dit que son visage était de marbre. Pendant ce temps, les nains avaient amarré leur embarcation et commençaient à débarquer. Ce fut à ce moment qu’il put discerner avec précision les visages des Nains et il observa ce qui semblait correspondre au chef des petits barbus. Il était grand pour un Nain, dominant tous les autres d’une tête, possédait une barbe rousse et soigneusement tressée et portait une hache où semblaient crépiter des éclairs d’énergie pure… Bon sang, ce dit l’ambassadeur, c’est lui ! Et son visage passa successivement de la surprise à la joie et l’Elfe s’avança vers la troupe, maintenant débarquée au complet.

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Arriva11

 Gromdal aida Kurgan à monter sur le quai et observa le port. Il grouillait d’Elfes, comme il s’y était attendu, mais aussi d’humains. Étrange, pensa le Nain, et d’autant plus étrange que ces étrangers soient plus nombreux que les Elfes… Puis il vit qu’une silhouette élancée s’avançait vers lui. Leur ambassadeur, sans doute, encore un de ses aristocrates qui se croient au-dessus de tout… Enfin bon, il fallait bien que quelqu’un finisse ce que j’avais commencé, quitte à ce que ce soit moi… Puis son visage ce couvrit d’un immense sourire lorsqu’il reconnut l’envoyé. Bien qu’il eut l’air plus en forme et surtout moins maigre et moins … blessé que la dernière fois qu’ils s’étaient croisés, il était toujours reconnaissable grâce ses cheveux blonds et ses yeux verts ainsi que sa démarche typique. En effet il était toujours légèrement penché en avant, les jambes fléchies et les muscles de ses bras étaient tendus, comme s’il s’attendait à être attaqué à n’importe quel moment. La guerre laissait bel et bien des marques plus endurantes que les cicatrices, pensa Gromdal. Puis il s’avança à la rencontre de son ami qu’il enlaça chaleureusement.
— Alors, vieux camarade, comment vas-tu après toutes ces années ? demanda-t-il à Aramir après l’avoir relâché.
— Très bien, mais je suis surpris que tu sois venu, j’imaginais que tu serais encore parti vagabonder en dehors de ta forteresse au moment du départ…
— Oui, et tu n’étais pas le seul, j’étais censé aller à Karaz-a-Karak avec des vieux amis de Karak Azul, mais, lors d’une Grobkul, je me suis cassé la jambe et celui qui aurait dut venir à ma place a été tué. En raison de ma blessure, mon voyage vers notre capitale a été annulé, mais mon roi a décidé que j’aurais le temps de guérir lors du voyage en bateau vers Ulthuan, alors je suis parti.
— Eh bien, je ne regrette pas du tout cet imprévu, répondit Aramir avec un grand sourire.
— Moi non plus, quoique ça ait été le cas si l’ambassadeur n’avait pas été toi !
— Bon, si nous commencions par une visite de la ville, continua Aramir, puis nous aurons ensuite le temps de nous restaurer avant de faire les présentations. Qu’en dis-tu ?
— Ma foi, répondit Gromdal, je n’y vois aucun inconvénient. Alors allons-y !
Puis il annonça quelque chose en Khazalid à ces compagnons que l’Elfes ne comprit pas. Aussitôt, les nains soulevèrent leurs bagages et leurs armes. Aramir vit que leurs visages étaient tendus et que leurs yeux observaient scrupuleusement aussi bien que suspicieusement les alentours. Remarquant l’étonnement de son ami, Gromdal expliqua :
— Excuse mes hommes, ils sont légèrement … tendus. Si tu savais les préjugés qui courent sur les Elfes dans le Karaz Ankor … Enfin bon, disons qu’ils n’ont pas eu la chance de rencontrer quelqu’un comme toi avant d’entrer en Ulthuan.
— Je vois, répondit Aramir en hochant de la tête, je pense que si je guidais une délégation de mes compatriotes jusqu’à Karak Grom, ils agiraient de la même façon. Mais suis-moi, c’est par ici. Ajouta-t-il en montrant le chemin aux nains
Et ils laissèrent le port derrière eux.

Cependant, aussi vigilant qu’ils fussent, les nains avaient échoués à remarquer le seul détail qui aurait pu être digne de leur attention, car, tapie dans l’ombre, une silhouette les observait silencieusement. Puis, lorsque la troupe fut partie, l’ombre quitta son poste et partit dans le dédale de rues qui constituait la périphérie de Lothern. Arrivée à une maison qui ne se détachait en rien de ses voisines, le mystérieux personnage s’arrêta, vérifia qu’il n’était pas suivi et toqua à la porte. Il effectua une série de coups apparemment sans importance et sans rythmes particuliers et la porte s’ouvrit sur un vestibule non éclairé. Il était vide. Avec assurance, l’espion s’avança et dépassa un grand nombre de portes et s’arrêta devant une d’elles, qui de se détachait pourtant en rien par rapport aux autres, et entra. La pièce était peu large, mais très longue. Une seule bougie, posée sur la longue table qui remplissait à elle seul la pièce, éclairait d’une faible lumière blafarde et dansante l’endroit. Au fond de la salle, on devinait une silhouette sur une chaise, tout au bout de la table. Toute la partie supérieure de son torse était plongée dans les ténèbres et par conséquent, invisible. La silhouette bougea sur sa chaise à l’arrivée de l’espion et lui demanda, d’un mot :
— Alors ?
— C’est fait, maître, ils sont arrivés et ils ont été reçus.
— Bien, faites ce qui a été prévu et assurer vous que le plan ce déroule sans anicroches.
— Tout sera fait selon vos ordres, maître.
Et, sur ces mystérieuses paroles, l’espion partit, laissant l’ombre seule avec ses sombres pensée.

À suivre…


Spoiler:
 

Traduction réalisée d'après Grudgelore, de Nick Kyme et de Gave Thorpe.


Dernière édition par Gromdal Drekgiti le Sam 20 Sep 2014 - 9:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://karak-grom.webnode.fr/
Romarik Levert
Administrateur
Administrateur
Romarik Levert

Nombre de messages : 5742
Age : 34
Localisation : Haute Savoie
Date d'inscription : 30/04/2005

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptyJeu 25 Oct 2012 - 13:15

Intéressant.


La dernière fois qu'un émissaire nain du Haut Roi a été envoyé, il a été rasé et jeté à la mer... Je vois que dans ton récit , il n'y a aucune animosité entre nains et elfes!

Pour la suite de ton récit, je parie évidement un coup tordu des elfes (voir des elfes noirs).


[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Bannie16  [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Bannia16
Revenir en haut Aller en bas
Gromdal Drekgiti
Longue barbe
Longue barbe
Gromdal Drekgiti

Nombre de messages : 652
Age : 23
Localisation : Somewhere, beyond the sea ... tralalaaaa
Date d'inscription : 02/09/2012

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptyVen 26 Oct 2012 - 8:25

Bah, en l'occurence, Gromdal et Aramir se connaissent déjà et partage une profonde amitié (on verra plus tard pourquoi, ou pas, si j'ai envie).

Et puis évidemment que va y avoir des coups tordus des EN ! Parce que sinon, vas-y pour trouver une intrigue... rire

Grom'


Spoiler:
 

Traduction réalisée d'après Grudgelore, de Nick Kyme et de Gave Thorpe.
Revenir en haut Aller en bas
http://karak-grom.webnode.fr/
Gromdal Drekgiti
Longue barbe
Longue barbe
Gromdal Drekgiti

Nombre de messages : 652
Age : 23
Localisation : Somewhere, beyond the sea ... tralalaaaa
Date d'inscription : 02/09/2012

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptySam 3 Nov 2012 - 9:05

Et voici donc la suite !
Comme vous pourrez le constater, mon histoire avance trèèès lentement, mais bon, mon style est comme ça ! Il devrait d'ailleurs se passer des choses intéressantes dans le prochain passage (pas celui-là, celui d'après)...
Mais passons au récit !

* * *

— Donc, comme vous pouvez le constater, la périphérie de la ville est principalement réservée aux voyageurs et aux marchands.
Aramir fit un tour sur lui-même pour vérifier qu’il n’avait perdu aucun Nain et indiqua une rue au groupe.
— Nous allons donc entrer dans la ville elle-même, là où logent les Elfes habitant Lothern.
— Me voilà rassuré, dit un des Nains (ils n’avaient pas encore fait les présentations) : avec tous ces humains, je me demandais si nous étions vraiment en terre elfique !
Et il éclata de rire, suivi par quelques un de ses camarades. Mais leurs rires s’étranglèrent dans leurs gorges lorsqu’ils croisèrent le regard de Gromdal. Il a vraiment de l’autorité, se dit l’Elfe, cela pourra s’avérer utile si jamais ils croiseraient des … inconvénients. Puis cette pensée le quitta et il continua la visite de la ville. Plus ils s’enfonçaient vers le centre de la cité, plus les gens qu’ils croisaient les regardaient avec circonspection, les sourcils froncés et les mains sur leurs armes. Nous aurions dû les prévenir, pensa Aramir, et non garder l’arrivée des Nains seulement connue des hautes sphères de la ville et d’Ulthuan. Cependant, il continua à mener la troupe à travers la ville sans tenir compte des regards que lui lançaient les Hauts-Elfes et encore moins des remarques sarcastiques de certains des Nains, que Gromdal s’efforçait pourtant d’empêcher. Finalement, cette visite aurait été plus utile à moi qu’aux Nains, j’aurais pu cerner ceux fréquentables et ceux qui étaient moins … volontaires.
Ils approchaient déjà des quartiers riches. Un sourire fatigué apparu sur le visage de l’ambassadeur : au moins, ils n’auront pas eu l’occasion de placer quelque remarque que ce soit ! Pensa-t-il. Bon, concentrons-nous sur nos amis barbus.
— Vous allez accéder aux quartiers plus riches, dit-il en montrant les bâtiments non loin, beaucoup plus ornementés et aussi plus grands que leurs homologues des quartiers « classiques ». Notre destination finale est, comme vous le savez, le palais de notre grand Roi, où vous allez êtres gracieusement logés…
— Mouais, c’est juste parce que vous pourrez mieux nous surveiller, marmonna le même Nain qui avait fait la plupart des remarques désagréables.
Mais Aramir l’ignora et laissa à son ami la tâche de réprimander l’importun.
— Donc, comme je le disais, vous allez être logés dans le palais. C’est un grand honneur que vous fait le Roi en vous logeant si près de lui, mais aussi un gage de confiance dont il serait appréciable qu’il soit réciproque (Aramir appuya bien le mot). Nous avons d’ailleurs quelques tonneaux de bière naine que, j’en suis sûr, vous saurez apprécier plus que nous. Si mes souvenirs sont bons, c’est de la Bugman.
À ces mots, tous les regards se tournèrent vers lui. Même le Nain habituel en oublia de sortir une des remarques sarcastiques dont il avait le secret. À la place, il s’exclama :
— Eh bien, qu’attendons-nous ! Finissons cette visite au plus vite et montrez-nous notre résidence ! Vous en étiez à présenter les quartiers riches.
Aramir s’empêcha à grand peine de sourire. Les Nains sont incorrigibles ! Se dit-il. Et il continua la visite que se déroula, ô surprise, sans la moindre petite remarque ou protestation des Nains, qui semblaient maintenant très attentifs à ses paroles. Finalement, peut-être que cette visite sera vraiment sympathique… Et ils continuèrent leur avancée dans la ville.

* * *

Il était en train d’expliquer aux Nains l’histoire d’un des nombreux manoirs de Lothern lorsqu’il aperçut un vague forme s’avancer, semblait-il, droit vers eux. Au début, il n’y prêta aucune attention et continua ses explications, mais, voyant que la silhouette n’avait toujours pas changé de direction, il la regarda plus attentivement. Il eut un aperçu d’une cape bleue richement brodée sur ses bords de runes dorées, d’un casque d’or finement ornementé d’argent avec un panache bleu, d’une armure recouverte d’or, et, en dernier, de cheveux châtains. Cela lui suffit à reconnaître le nouvel arrivant. Son visage se tordit en une expression de dégout prononcé. Gromdal, remarquant l’expression de son ami, demanda :
— Quelque chose ne va pas, Aramir ?
— En effet, répondit l’interpellé, voici un incident … Tâche de bien tenir tes Nains, parce que ça risque d’être … dur.
— Ah.
Le temps qu’ils échangent ses propos, le Noble s’était approché et était à présent à portée de voix.
— Eh bien, lança l’inconnu, je vois que vous êtes en retard, je vous ai attendu pendant plus d’une heure au palais, puis je me suis dit que je ferais bien de voir si vous aviez rencontré, ou causé (il plissa les yeux) quelques problèmes…
Avant qu’il ne puisse continuer, Aramir prit, non sans un soupir, la parole :
— Gromdal, et les autres, je vous présente Braïch’il, le capitaine des Gardes Maritimes de Lothern. Braïch’il, je te présente Gromdal, ambassadeur des nains et Thane de Karak Grom
— J’aurais pu me présenter moi-même, Aramir l’Ambassadeur, dit Braïch’il avec dédain.
Puis, se tournant vers Gromdal, toujours avec dédain :
— Alors voici les fameux Nains tant attendus… Je pensais que vous arriveriez à l’heure, stricts que vous êtes sur la parole donnée.
— Nous l’aurions été, répondit Gromdal sans se décontenancer, si vos Gardes ne nous auraient pas bloqués à l’entrée du port pour bien vérifier nos laissez-passer, inspecter nos cales et fouillé notre équipage ! En fait, c’est plutôt grâce à vous que nous sommes arrivés plus tard que prévu, alors il me parait quelque peu déplacé que vous vous plaignez de notre manque apparent de ponctualité.
Il avait répondu avec un ton si semblable à celui du Capitaine, qu’on eut dit un Elfe, ne serait que pour sa voix. Derrière le Thane, un nain laissa échapper un rire, qui se rapprochait plus du bruit d’un éboulis que d’un rire, d’ailleurs, même Aramir peina à refreiner un sourire. Braïch’il eut un mouvement de recul et parut, un instant, surpris, mais l’expression fut très vite remplacée par un visage indifférent.
— Humm, dit le Capitaine en se retournant vivement vers Aramir, je dois également vous apporter un message de la part du Haut Conseiller : vous devez installer les nab… humm… les Nains dans leurs appartements et leur expliquer comment se passera leur séjour ainsi que les us et coutumes de la cour. (Il haussa la voix) Il serait en effet déplorable qu’ils offensent notre bon Roi et en soient punis, n’est-ce pas ?
Mais il n’attendit pas de réponse et continua :
— Bon, qu’est-ce que vous attendez ? Qu’Ulthuan coule ? Suivez-moi, je vous guiderai au palais, puis je vous laisserai, malheureusement (même s’il n’avait l’air aucunement désolé), entre les mains d’Aramir pour qu’il vous présente notre magnifique société et son fonctionnement. Et dites-vous qu’il est exceptionnel que vous soyez reçus par notre Roi, car, s’il n’en tenait qu’aux habitants d’Ulthuan, ou du moins, sa majorité (disant cela, il regardait Aramir), vous n’auriez jamais mis les pieds ici…
Et ils partirent donc en direction du palais. Et, semblait-il, personne n’avait prêté attention à leur conversation. En apparence seulement, car, derrière le manoir où s’était joué la scène, caché par les fines moulures d’une poutre, une ombre avait tout écouté. Après avoir bien vérifié que la troupe était partie, elle prit la direction de la périphérie et s’engagea dans une ruelle. Elle s’arrêta devant une des maisons et frappa, en une série complexe de petits coups, à la porte, qui s’ouvrit sans que personne ne se trouva derrière pour le faire. L’espion s’engagea dans la maison, ouvrit une porte qui donnait sur un long corridor avec encore plus de portes sur ses deux côtés et s’avança. Il s’arrêta devant une porte en entra. Il arriva alors dans une longue pièce garnie uniquement d’une table qui occupait presque tout l’espace. Sur cette table, sur le bout faisant face à l’Elfe, brûlait une bougie qui éclairait d’une faible lueur le bout en question. Et, à l’autre bout, ombre parmi les ombres, car ce côté n’était pas éclairé, siégeait une silhouette indiscernable, qui posa cette question laconique et inchangée :
— Alors ?
— Ils ont rencontré le capitaine.
— Et ?
— Ils sauront ce soir l’heure.
— Bien, arrangez-vous pour la connaître et faites-la parvenir à moi.
— Oui, maître.
Et il partit.

À suivre ...


Spoiler:
 

Traduction réalisée d'après Grudgelore, de Nick Kyme et de Gave Thorpe.
Revenir en haut Aller en bas
http://karak-grom.webnode.fr/
barnab de Karaz-zank
Longue barbe
Longue barbe
barnab de Karaz-zank

Nombre de messages : 959
Age : 23
Localisation : Genève
Date d'inscription : 20/12/2008

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptySam 3 Nov 2012 - 11:59

J'aime bien cette histoire, les illustrations...illustrent bien les textes.

Continue !

Même si un nain chez les elfes c'est... bizarre...j'attend de voire ce que ça donnera quand une de ces oreilles pointues ne pourra plus s’empêcher de tenir sa langue joyeux


L'or ne peut racheter l'honneur perdu.

porte étendard
Revenir en haut Aller en bas
Romarik Levert
Administrateur
Administrateur
Romarik Levert

Nombre de messages : 5742
Age : 34
Localisation : Haute Savoie
Date d'inscription : 30/04/2005

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptyDim 4 Nov 2012 - 3:13

Citation :
comme vous le savez, le palais de notre grand Roi, où vous allez êtres gracieusement logés…

Il me semble que c'est exactement là qu'un émissaire nain du Haut Roi s'est fait rasé avant de le jeter dans la mer. Ce qui a déclenché la guerre de la Barbe. Tout a été orchestré par des elfes noirs dans le vieux monde. calme


Comme toujours l'ambiance est tendu...Mais il semble que quelqu'un essaie de faire porter le chapeau aux nains. surprendre


[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Bannie16  [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Bannia16
Revenir en haut Aller en bas
Gromdal Drekgiti
Longue barbe
Longue barbe
Gromdal Drekgiti

Nombre de messages : 652
Age : 23
Localisation : Somewhere, beyond the sea ... tralalaaaa
Date d'inscription : 02/09/2012

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptyDim 4 Nov 2012 - 3:20

Romarik Levert a écrit:
Comme toujours l'ambiance est tendu...Mais il semble que quelqu'un essaie de faire porter le chapeau aux nains. surprendre
Hé hé... Exactement !

Et tu comprendras plus tard pourquoi... rire sadique

Grom'


Spoiler:
 

Traduction réalisée d'après Grudgelore, de Nick Kyme et de Gave Thorpe.
Revenir en haut Aller en bas
http://karak-grom.webnode.fr/
Romarik Levert
Administrateur
Administrateur
Romarik Levert

Nombre de messages : 5742
Age : 34
Localisation : Haute Savoie
Date d'inscription : 30/04/2005

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptyDim 4 Nov 2012 - 3:23

Gromdal Drekgiti a écrit:

Et tu comprendras plus tard pourquoi...

Tout les matins , je lis un récit sur ce forum avec un boisson (chaud) et je ne pense pas être le seul d'ailleurs.( J'espère d'ici là , j'aurais la suite?) trinquer


[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Bannie16  [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Bannia16
Revenir en haut Aller en bas
Gromdal Drekgiti
Longue barbe
Longue barbe
Gromdal Drekgiti

Nombre de messages : 652
Age : 23
Localisation : Somewhere, beyond the sea ... tralalaaaa
Date d'inscription : 02/09/2012

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptyDim 4 Nov 2012 - 3:37

Romarik Levert a écrit:
Tout les matins , je lis un récit sur ce forum avec un boisson (chaud) et je ne pense pas être le seul d'ailleurs.( J'espère d'ici là , j'aurais la suite?) trinquer
Normalement, je poste ce soir ! clin d\'oeil

Enfin... si je ne l'oublie pas... grandtueur

Grom'


Spoiler:
 

Traduction réalisée d'après Grudgelore, de Nick Kyme et de Gave Thorpe.
Revenir en haut Aller en bas
http://karak-grom.webnode.fr/
Durin
jeune nain
jeune nain
Durin

Nombre de messages : 167
Date d'inscription : 29/10/2012

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptyMar 6 Nov 2012 - 3:34

Gromdal Drekgiti a écrit:
Normalement, je poste ce soir !
Enfin... si je ne l'oublie pas...

Visiblement un oubli fumer


[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Bannie16 cri de guerre ...  L'empire des Nains retrouvera un jour sa grandeur
Revenir en haut Aller en bas
Gromdal Drekgiti
Longue barbe
Longue barbe
Gromdal Drekgiti

Nombre de messages : 652
Age : 23
Localisation : Somewhere, beyond the sea ... tralalaaaa
Date d'inscription : 02/09/2012

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptyMar 6 Nov 2012 - 11:30

Durin a écrit:
Gromdal Drekgiti a écrit:
Normalement, je poste ce soir !
Enfin... si je ne l'oublie pas...

Visiblement un oubli fumer
En effet... grandtueur

Boh, vous aurez la double ration ! clin d\'oeil

Et voici la suite tant attendue !

Ils arrivèrent au palais peu avant le coucher du soleil. Braïch’il se retourna vers le reste de la troupe, car c’était lui qui l’avait guidée à partir de l’enceinte. Il s’adressa à tous en disant :
— Bon, vous m’excuserez mais je dois vous quitter car d’autres affaires d’importance m’appellent.
Soudainement, un sourire apparu sur le visage d’Aramir. Si le Capitaine l’avait remarqué, il ne le montra pas.
— Ça a tout de même été un plaisir de vous rencontrer, ajouta-t-il même si il n’avait l’air nullement heureux. Au revoir et, peut-être à bientôt !
Et il partit. Dès que Braïch’il fut hors de portée de voix, Gromdal ajouta :
— Eh bien, personne ici ne l’espère…
Il fut approuvé par des hochements de tête de la part de tout le monde, Aramir compris. Celui-ci prit alors la parole :
— Allons, il est temps de vous reposer après cette dure journée, mais aussi, après ce long voyage vers Ulthuan. Je vais vous montrer l’aile qui vous a été réservée. Suivez-moi.
Il les guida à travers de nombreux corridors et ils arrivèrent finalement devant une grande porte ouvragée et sertie de gemmes rutilantes.
— Voici donc vos quartiers, leur dit Aramir en ouvrant la porte, et chose promise chose due, voici les tonneaux de bière généreusement offert par notre Roi !
Comme pour appuyer ses propos, la salle sur laquelle donnait la porte s’illumina lorsque des globes encastrés dans les murs se mirent à briller d’une douce lumière blanche, révélant au centre de la salle des chaises, une table, et à côté de la table deux énormes tonneaux en bois cerclé de fer et gravés de runes attestant la provenance du breuvage tant aimé des nains. Aussitôt, la troupe ordonnée de Nains fiers et droits se transforma une bande de sauvages qui avaient l’air si assoiffés qu’on aurait pu croire qu’ils venaient de traverser Nehekhara en courant avec des scorpions aux trousses.
Aramir attendit un instant que les Nains se calment. Puis, lorsque tous furent assis avec chacun une (voire deux pour certains) chope remplie de bière à ras bord, il prit la parole :
— Vous êtes ici dans vos quartiers et libres d’y faire ce qu’il vous plaira. Cependant, si vous voulez sortir vous devrez soit déposer vos armes si vous désirez entrer dans le palais proprement dit, soit vous faire accompagner par un garde si vous avez envie d’aller autre part. Je tiens à ajouter que ce ne sont que des règles mises en place pour la sécurité de tous. Toutefois, si vous vous montrez vraiment … humm … sages aux yeux du Roi, alors là vous serez libres de faire ce que bon vous semblera dans n’importe quel endroit. Sauf à la cour de Finubar, évidemment.
Et, avant que les autres ne puissent émettre des protestations (il devinait qu’il devait y en avoir, d’après les têtes que faisaient ses interlocuteurs), il ajouta :
— Alors, la bière est bonne ?
Ceci eut l’effet de faire oublier aux Nains de se plaindre, car tous sourirent et hochèrent la tête avec des louanges à Finubar pour leur avoir offert ces tonneaux.
— Bon, et si nous passions aux présentations, que je puisse mieux vous connaître et aussi que l’on sache qui annoncer au Roi. Je connais déjà Gromdal, mais vous autres…
Aussitôt, le Nain qui avait fait tant de remarques désagréables se leva :
— Je suis Bramdal Marteau de Fer, gardien des portes de Karak Azul.
Puis, un autre se leva, il était jeune et fier :
— Drokar Ongrimsson, apprenti aux forges de Zhufbar.
Ensuite, un autre jeune se leva, bien que presque encore une Barbichette, on sentait qu’il inspirait le respect aux autres :
— Kurgan Godrison, Thane et fils héritier du trône de Karak Grom.
Aramir haussa presque imperceptiblement un sourcil. Le fils du roi de la forteresse de Gromdal ? Étrange. Puis ce fut le tour d’un autre.
Et ils continuèrent ainsi une bonne partie de la soirée, puis Aramir prit congé d’eux et partit vers sa résidence, mais il leur rappela de bien se préparer pour leur rencontre avec Finubar prévue le lendemain après-midi. Il faisait alors nuit noire : en effet, de gros nuages cachaient les étoiles et les lunes des habitants de Lothern. Bramdal et Orund, un vieux Maître du Savoir de Karak Hirn, allèrent observer la ville, illuminée de mille feux et cristaux brillants comme ceux qui garnissait la pièce centrale de leurs quartiers.
— Eh bien, dit Bramdal, je me demande dans quelle aventure je me suis fourré…
— Bah, je suis sûr qu’on s’habituera à côtoyer des Elgi, c’est pour ça que nous sommes tous venu. répliqua Orund.
— Pas moi, Orund, pas moi.
— Mais, demanda le Longue Barbe, pourquoi es-tu venu, alors ?
— Dette d’honneur envers mon Thane, voilà tout.
Disant cela, il fronça les sourcils comme s’il s’était replongé dans des souvenirs qu’il aurait mieux valu laisser dans l’oubli. Il tourna le dos à son ainé et s’accouda à la balustrade. Il était évident qu’il n’était plus disposé à parler. Quelque peu étonné, Orund laissa Bramdal à ses sombres pensées et s’apprêtait à rentrer lorsqu’il crut voir une ombre bouger dans le jardin en contrebas, mais, quand il se pencha par-dessus la balustrade pour y voir de plus près, il n’y avait plus rien. Et, finalement, il partit pour de bon, grommelant sur les problèmes de vue dus au grand âge.
Seul à présent, Bramdal se concentra sur les bruits venant du jardin pour essayer de se calmer. Tout était silencieux, à part quelques oiseaux chantant à la lune, comme si ils la suppliaient d’apparaître à travers les nuages. Si seulement il n’était pas venu ! Bah, de toute façon, il n’avait pas eu le choix. Mais si cet assassin Skaven n’avait pas pointé le bout de son sale museau pour tuer la moitié de ses hommes et le fils de son Thane, il n’en serait pas là… Si seulement j’avais été plus attentif, tiens ? En parlant d’attention, les oiseaux se sont tus… Étrange. Il écouta alors, pour voir si s’était quelque chose, ou quelqu’un, qui avait dérangé les oiseaux ou si ceux-ci étaient partis de leur plein gré.
Au début, rien ne se passa, puis il entendit le bruit du frottement d’un tissu. Puis plus rien. J’ai rêvé, se dit-il. Et il repartit dans ses pensées où il ne serait, ô joie, pas parti vers cette ville pleine d’ « oreilles pointues ». Puis le son se reproduisit, et encore une fois, puis une quatrième… Méfiant, Bramdal se pencha sur un côté. Rien. Ah ! Si, il aperçut un mouvement en-dessous même du balcon. Une corde ? Quelqu’un est monté, mais ou-est-il ?
Et il reçut un grand coup sur le crâne et perdit connaissance.

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Enlave11

L’absence de Bramdal ne fut remarquée par aucun des Nains, tous étant occupés à ronfler, affalés sur la table ou sur leurs lits. Les autres, comme Orund, pensaient qu’il reviendrait plus tard, lorsqu’il aurait terminé de ressasser ses mauvais souvenirs.
Et ainsi, tous les Nains finirent par se coucher pour une bonne nuit de sommeil réparateur, plus que nécessaire pour affronter la journée de demain. Cependant, après une heure d’attente dans un faux sommeil, Gromdal se releva, et, discrètement, se saisit d’un petit coffre de fer caché dans ses bagages. La boîte, de dimensions modestes, était carrée et peu épaisse. Sa plus grande particularité était de ne présenter aucune serrure et de n’avoir pour seul ornement qu’un rond métallique gravé d’une seule et unique rune, seule preuve de la provenance du coffret.
Gromdal passa dans la salle principale, posa le coffret sur la table et s’y assit. Puis, fourrageant dans sa barbe, sortit un collier d’or au bout duquel pendait un pendentif. Celui-ci était rond et portait une rune semblable à celle du coffre. En fait, la seule différence était qu’elle était la réplique inversée de celle-ci. Le Thane détacha le pendentif et le posa sur sa réplique encastrée au coffret. Aussitôt, un déclic se fit entendre, et Gromdal ouvrit le coffre, non sans avoir repris son pendentif. De la boîte, il sorti délicatement un carré de pierre noire peu épais, aux dimensions semblables à son conteneur. Il était cerclé d’une bande d’or gravée de nombreuses et complexes runes, dont la plupart échappaient à la compréhension de Gromdal. Ses deux côtés étaient bien distinct : l’un était brut, comme extirpé de la montagne et laissé là sans entretien, alors que l’autre avait été minutieusement poli, et la lumière s’y reflétait comme sur une eau calme et sans ride. Gromdal posa la tablette avec douceur, comme si elle allait se briser à tout instant, la face brute contre la table, de sorte qu’il faisait face au côté poli. Alors, le Nain reprit se pendentif et le porta entre lui et la pierre, puis il souffla dessus, et la rune dont le pendentif était décoré se mit à rougeoyer de plus en plus fortement, et les runes couvrant le bord de la pierre se mirent à luire en réponse.
Après un court laps de temps, la rune du pendentif brilla de moins en moins, et, lorsqu’elle cessa de luire, Gromdal la rattacha à son collier qu’il rangea dans la barbe, et le Nain se reconcentra sur la tablette, dont les runes commençaient elles aussi à s’éteindre. Gromdal attendit, et, après l’extinction de l’ensemble des runes, la surface de la pierre sembla onduler comme une eau troublée, avant de retrouver sa solidité apparente. À une exception près : elle avait cessé de refléter la lumière. Alors, émergeant des ténèbres, se dessina une pièce aux murs nus avec une table garnie d’une chaise en son centre. Une petite enclume et un marteau siégeaient dans un coin de la salle, et Gromdal aperçu un foyer éteint. De l’autre côté se trouvait un impressionnant râtelier d’armes avec également quelques talismans qui pendaient dessus et même une armure qui était soigneusement posée sur un deuxième siège, à côté du râtelier. Ce qui attirait l’attention de Gromdal était le vieux Nain à la longue barbe blanche qui dormait assis sur la chaise et affalé sur la table. Le Thane l’appela :
— Hé Snorri ! Réveille-toi, c’est Gromdal !
Mais il n’y eu aucune réaction chez le Nain, mis à part un ronflement puissant. Par trois fois, Gromdal l’appela, et cela de plus en plus fort, sans résultat. Alors, il dit calmement :
— Hé Snorri, la bière d’hiver est arrivée !
La bière d’hiver, fameuse cuvée de Karak Grom, était ce dont Snorri était le plus friand, et, aussitôt, il se réveilla en sursaut en criant :
— Quoi ? Où ça !
Souriant, Gromdal l’appela. Le vieux Maître des Runes le remarqua alors, et, après une expression fugace de déception, la joie apparu sur son visage.
— Ah, c’est toi ! Le vieux Brunkni n’est donc pas aussi fou qu’on le prétend, alors. Mais dis-moi, comment ça se passe par là-bas, chez les Elgi ?
— J’avais imaginé pire, mais ça pourrait être mieux, répondit Gromdal. En fait, la plupart d’entre eux sont hostiles quant à notre idée d’ambassade. (Gromdal soupira, puis se repris) Mais à part ça, tout va bien : nous avons visité la ville et le palais et nous rencontrerons le Roi demain. Par ailleurs, j’ai du mal à l’admettre, mais ils ont un bon sens de l’architecture, les Elgi. Pour des na-dawi1, évidemment. Et la meilleure surprise a été de découvrir Aramir comme ambassadeur et guide !
— Ah, dit Snorri sans enthousiasme, l’anormal. Enfin, si ça te fait plaisir. (il bailla) Bon, si ça ne te dérange pas et si tu n’as plus rien à dire, alors je retourne me coucher. Il fait nuit noire par ici.
— Bon, et bien à plus tard, alors. Prochain rendez-vous dans deux jours, sauf cas de force majeure.
— Entendu, termina le vieux Nain.
Sur ce, le Maître des Runes passa la main devant la pierre en marmonnant quelque formule runique connue de lui seul, et l’image disparu, puis la surface redevint pierre. Gromdal rangea alors la tablette inerte dans sa boîte, qu’il reposa au fond de ses bagages avant de retourner se coucher, cette fois pour de bon.

À suivre…


1. lit. non-nains : les autres races


Spoiler:
 

Traduction réalisée d'après Grudgelore, de Nick Kyme et de Gave Thorpe.
Revenir en haut Aller en bas
http://karak-grom.webnode.fr/
Romarik Levert
Administrateur
Administrateur
Romarik Levert

Nombre de messages : 5742
Age : 34
Localisation : Haute Savoie
Date d'inscription : 30/04/2005

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptyMer 7 Nov 2012 - 5:11

Citation :
Car tous sourirent et hochèrent la tête avec des louanges à Finubar

étonné Ils n'ont quand même pas oublier les rancunes contre lui j'espère!7

Citation :
e suis Bramdal Marteau de Fer, gardien des portes de Karak Azul.

Bramdal a pris la porte avec lui en Ulthuan ? rire

Citation :
Kurgan Godrison, Thane et fils héritier du trône de Karak Grom.

Ils prennent un gros risque de mettre le roi et le fils en ulthuan dans le même panier. Qui dirige karak Grom à l'heure actuelle alors?

Ils n'ont toujours pas remarqué un lit inoccupé par Bramdal, et Gromdal est de plus en plus fasciné par les elfes....quel monde ! dechire barbe


[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Bannie16  [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Bannia16
Revenir en haut Aller en bas
Gromdal Drekgiti
Longue barbe
Longue barbe
Gromdal Drekgiti

Nombre de messages : 652
Age : 23
Localisation : Somewhere, beyond the sea ... tralalaaaa
Date d'inscription : 02/09/2012

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptyMer 7 Nov 2012 - 5:20

Romarik Levert a écrit:
Citation :
Car tous sourirent et hochèrent la tête avec des louanges à Finubar

étonné Ils n'ont quand même pas oublier les rancunes contre lui j'espère!
LOL ! La bière fait bien des choses... Surtout dans ce contexte. bourré

Romarik Levert a écrit:
Citation :
Je suis Bramdal Marteau de Fer, gardien des portes de Karak Azul.
Bramdal a pris la porte avec lui en Ulthuan ? rire
Comme s'il n'y avait qu'un seul gardien... tourni

Romarik Levert a écrit:

Citation :
Kurgan Godrison, Thane et fils héritier du trône de Karak Grom.
Ils prennent un gros risque de mettre le roi et le fils en ulthuan dans le même panier. Qui dirige karak Grom à l'heure actuelle alors?
Bah... Étant donné que Karak Grom s'est fait sauver d'une armada de NdC pa des Elfes... Siffle
Et puis c'est une marque de confiance.
C'est le roi Godri IV Drakkdrengi qui dirige Karak Grom (le père de Kurgan, bien sûr !)

Romarik Levert a écrit:
Ils n'ont toujours pas remarqué un lit inoccupé par Bramdal, et Gromdal est de plus en plus fasciné par les elfes....quel monde ! dechire barbe
Bah c'est normal vu qu'ils sont tous en train de dormir... rire
Et puis pour Gromdal... C'est un ami des HE, alors c'est aussi normal ! bon rire

Grom'


Spoiler:
 

Traduction réalisée d'après Grudgelore, de Nick Kyme et de Gave Thorpe.
Revenir en haut Aller en bas
http://karak-grom.webnode.fr/
Gromdal Drekgiti
Longue barbe
Longue barbe
Gromdal Drekgiti

Nombre de messages : 652
Age : 23
Localisation : Somewhere, beyond the sea ... tralalaaaa
Date d'inscription : 02/09/2012

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptyJeu 8 Nov 2012 - 9:51

Allez, la suite !

Bonne lecture !

Lorsque Bramdal reprit connaissance, il était allongé sur le dos et avait l’impression qu’un Gobelin avait joué du tambour sur son crâne tant il avait mal à la tête. En voulant se lever, il se rendit compte qu’il était enchaîné au niveau des chevilles et des poignets, il commença à paniquer et tira sur ses chaînes comme un forcené. Puis, il vit un pâle filet de lumière et constata que sa vue lui revenait. Enfin un bonne nouvelle, pensa-t-il. En partie rassuré, il se calma et attendit de pouvoir distinguer son environnement.
Il se trouvait dans une petite pièce aux murs nus, avec une seule porte, garnie d’un judas, en face de lui. Bien évidemment, les chaînes étaient trop courtes pour qu’il puisse l’atteindre. Par ailleurs, ces chaînes étaient composées de solides anneaux très épais, qui étaient accrochés au mur par d’énormes clous, sans doute profondément enfoncés dans le mur. Aucun espoir de s’échapper, constata amèrement le nain, condamné à pourrir dans une cellule dans un lieu inconnu et perdu là où on ne me retrouvera jamais. Vraiment, une belle mort. Sorti de ses sombres pensées, Bramdal se reconcentra sur ses possibilités d’évasion. On ne lui avait pas retiré sa ceinture. Ce qui fit sourire le Nain, car de dessous la boucle, il sorti une toute petite lame. Elle lui avait déjà grandement servi le martelier, lorsque ses ennemis voyaient qu’il avait perdu son marteau et se retrouvaient avec les deux pouces de la lame à travers la gorge… Mais là, elle allait servir à tout autre chose : crocheter la serrure de ses chaînes. Il inspecta donc ses poignets pour en trouver au moins une, et son couteau lui glissa des mains tant il fut surpris, et désespéré : il n’y avait pas l’ombre d’une serrure sur les anneaux qui lui enserraient les poignets et les chevilles. En fait, ce n’étaient guère plus que des répliques agrandies des anneaux qui constituaient les chaines. De la magie, pensa-t-il, damnés soient ces Elgi ! Abattu, il se laissait tomber par terre, le dos le long du mur.
Il ne lui restait plus qu’une dernière solution : il appela à l’aide.
Et seul son écho lui répondit.
Alors il attendit, finit par s’assoupir et perdre toute notion du temps. Après un certain temps et un sommeil troublé et en aucun cas reposant, il fut réveillé. En tendant l’oreille, il identifia un bruit de pas, qui se rapprochait, puis qui s’arrêta. Le judas s’ouvrit alors pour révéler un œil sombre et inquisiteur, qui scruta intensément le Nain, indifférent aux supplications de celui-ci. Sûrement satisfait de ce qu’il avait vu, le nouveau venu reparti, laissant le Nain seul avec son désespoir.

À suivre...

Grom'


Spoiler:
 

Traduction réalisée d'après Grudgelore, de Nick Kyme et de Gave Thorpe.
Revenir en haut Aller en bas
http://karak-grom.webnode.fr/
Durin
jeune nain
jeune nain
Durin

Nombre de messages : 167
Date d'inscription : 29/10/2012

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptyVen 9 Nov 2012 - 15:21

Gromdal Drekgiti a écrit:
De la magie, pensa-t-il, damnés soient ces Elgi ! Abattu, il se laissait tomber par terre, le dos le long du mur.

Comment sait-il qu'il s'agit d'un elfe? même les humains savent faire un peu de magie...

Gromdal Drekgiti a écrit:
Il ne lui restait plus qu’une dernière solution : il appela à l’aide.

il est vraiment vraiment désespérée...

Gromdal Drekgiti a écrit:
. Le judas s’ouvrit alors pour révéler un œil sombre et inquisiteur, qui scruta intensément le Nain, indifférent aux supplications de celui-ci. Sûrement satisfait de ce qu’il avait vu, le nouveau venu reparti, laissant le Nain seul avec son désespoir.

Cool, le nain a vu finalement de qui il s'agit...mais nous?


[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Bannie16 cri de guerre ...  L'empire des Nains retrouvera un jour sa grandeur
Revenir en haut Aller en bas
Gromdal Drekgiti
Longue barbe
Longue barbe
Gromdal Drekgiti

Nombre de messages : 652
Age : 23
Localisation : Somewhere, beyond the sea ... tralalaaaa
Date d'inscription : 02/09/2012

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptySam 10 Nov 2012 - 1:24

Durin a écrit:
Gromdal Drekgiti a écrit:
De la magie, pensa-t-il, damnés soient ces Elgi ! Abattu, il se laissait tomber par terre, le dos le long du mur.

Comment sait-il qu'il s'agit d'un elfe? même les humains savent faire un peu de magie...
Bah... y a que des Elfes là bas ! joyeux (et quelques nains, aussi Siffle ). Car, normalement, les étrangers ne sont pas sensés entrer dans la ville proprement dite (ils restent dans la périphérie).

Citation :
Cool, le nain a vu finalement de qui il s'agit...mais nous?
Oups, petite faute de grammaire... On devrait lire :

Citation :
Le judas s’ouvrit alors pour révéler un œil sombre et inquisiteur, qui scruta intensément le Nain, indifférent aux supplications de celui-ci. Sûrement satisfait de ce qu’il avait vu, le nouveau venu repartit, laissant le Nain seul avec son désespoir.


En fait c'est le "nouveau venu" qui a "vu finalement de qui il s'agit", mais nous, vu que nous sommes en point de vue interne, ne pouvons voir que ce que le Nain voit. Or lui il ne sait pas qui sait. Donc nous non plus.

Grom'


Spoiler:
 

Traduction réalisée d'après Grudgelore, de Nick Kyme et de Gave Thorpe.
Revenir en haut Aller en bas
http://karak-grom.webnode.fr/
Romarik Levert
Administrateur
Administrateur
Romarik Levert

Nombre de messages : 5742
Age : 34
Localisation : Haute Savoie
Date d'inscription : 30/04/2005

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptySam 10 Nov 2012 - 14:16

...Pourquoi il capture le roi et pas le prince avec?

Je ne crois pas qu'il s'agit d'un attentat contre les héritiers de karak Grom dans ce cas... peut être contre un rançon? Sinon il l'aurait tué (et facilement... grandtueur )
Ou inciter ses frères nains à se venger de sa disparition et mettre le feu à Ulthuan (Oh oui!)


[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Bannie16  [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Bannia16
Revenir en haut Aller en bas
Gromdal Drekgiti
Longue barbe
Longue barbe
Gromdal Drekgiti

Nombre de messages : 652
Age : 23
Localisation : Somewhere, beyond the sea ... tralalaaaa
Date d'inscription : 02/09/2012

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptyDim 11 Nov 2012 - 2:05

Romarik Levert a écrit:
...Pourquoi il capture le roi et pas le prince avec?
????
Euh... Y a pas de roi ici... À part Finubar, bien sûr.

En fait peu importait qui se faisait capturer. Et vous comprendrez plus tard pourquoi.

Grom'


Spoiler:
 

Traduction réalisée d'après Grudgelore, de Nick Kyme et de Gave Thorpe.
Revenir en haut Aller en bas
http://karak-grom.webnode.fr/
Gromdal Drekgiti
Longue barbe
Longue barbe
Gromdal Drekgiti

Nombre de messages : 652
Age : 23
Localisation : Somewhere, beyond the sea ... tralalaaaa
Date d'inscription : 02/09/2012

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptyDim 11 Nov 2012 - 2:16

Allez, la suite !

_____________________________________

Après plusieurs heures, ou du moins Bramdal le pensait-il car il n’avait aucun repère temporel, le nain était toujours enfermé dans sa cellule. Il avait abandonné tout espoir d’évasion : tant qu’il restait ici, il ne pourrait sortir, il ne pouvait qu’attendre, mais attendre quoi ? Qu’il meure de faim, de soif ou qu’on l’exécute ? Le mystère restait entier… mais il allait avoir quelques réponses. En effet, un claquement de porte suivi d’un bruit de pas se rapprochant se fit entendre. Bramdal releva la tête, un semble d’espoir dans les yeux. Alors, le judas s’ouvrit, laissant apercevoir l’œil noir de tout à l’heure, puis la porte s’ouvrit, et, un instant, Bramdal fut ébloui. Mais ses yeux de nain s’adaptèrent très vite et il put apercevoir, posté dans l’encadrement de la porte, un gigantesque elfe aux muscles saillants. Vêtu de noir, aux cheveux et aux yeux noirs, on aurait pu le confondre avec un de ces terribles Dieux du folklore elfique. Ou avec un Elfe Noir. Oui, c’est cela, pensa le nain, un Elfe Noir, ils ont dû m’enlever pour je ne sais quelle raison. Bramdal ouvrit la bouche pour parler, mais il fut coupé court par le geôlier que prononça un mot en langage elfique dont le nain ne saisit pas le sens. Aussitôt, les chaînes se détachèrent du mur et s’enroulèrent autour de ses chevilles et de ses poignets. Il se retrouva alors avec les bras immobilisés derrière son dos et ses chevilles attachées entre elles par une courte longueur de chaîne, de sorte qu’il ne pouvait que marcher, et encore avec difficulté.
Ainsi elles étaient bel et bien magiques. Il faut avouer que celui qui les a créées était un maître dans l’art. Pensa le nain, puis il ajouta comme arrière-pensée : pour un non-nain, bien sûr. Il allait de nouveau tenter de questionner son tortionnaire, mais celui-ci leva la main et dit simplement :
— Avance.
Comme le nain, interdit, n’esquissait aucun mouvement, l’elfe sorti de derrière son dos un fouet à la pointe barbelée qui claqua dans l’espace confiné. Bramdal nota que celui-ci avait laissé une longue entaille dans le mur.
— La prochaine fois, c’est toi que je viserai, dit l’elfe. Maintenant, avance.
Cette fois, le nain ne se fit pas prier et sortit aussi vite que ces chaînes le permettaient. Il arriva alors dans un long corridor qui ne ressemblait en rien à sa cellule : il était long, les murs étaient peints et garnis de décorations elfiques, une douce moquette s’étalait sur le sol et sur le plafond vouté s’étendaient des fresques de la mythologie elfique. Une douce lumière tamisée provenait de nombreux globes lumineux accrochés au-dessus des portes, tout aussi nombreuse, qui apparaissaient dans les murs. Bramdal remarqua quelles étaient toutes identiques, mis à part quelques détails. On dirait presque un manoir elfique, pensa-t-il. Peut-être que c’en est un. Au fond, que pourrait-il m’arriver de plus étrange ?
Il n’allait pas tarder à recevoir une réponse à sa question, car l’elfe le poussa dans le couloir, puis, lorsqu’il eurent passé un grand nombre de porte, s’arrêta et le fit s’avancer dans une pièce. Comme la seule source de lumière était un foyer, dont les braises rougeoyaient faiblement, placé au centre de la pièce, les extrémités de celle-ci étaient plongées dans l’obscurité, de sorte que les murs n’étaient pas visibles. En fait, les seules choses que Bramdal pouvait distinguer étaient une chaise, une table et un poteau disposés de part et d’autre de l’âtre. L’Elfe le poussa à l’intérieur et le fit s’asseoir sur la chaise avant de prononcer un mot de pouvoir en langage elfique. Aussitôt les chaînes s’enroulèrent autour des pieds et des bras du siège et s’y accrochèrent fermement, de façon à ce que Bramdal ne puisse plus bouger autre chose que la tête. Voyant que le nain était bien accroché, l’elfe parti en fermant la porte derrière lui, laissant Bramdal seul dans l’obscurité.
Il revint au bout d’un moment, mais, cette fois, il n’était pas seul. En effet, un deuxième elfe l’accompagnait. Dans la semi-obscurité, Bramdal ne pouvait pas distinguer grand-chose, mais il remarqua que le nouveau venu était encapuchonné de façon à ce que la partie supérieure de son visage reste invisible.
Tous deux s’approchèrent, le geôlier se plaçant derrière la chaise, alors que son compagnon s’arrêta devant le nain.
— Vous savez qui nous sommes, n’est-ce pas ? demanda-t-il.
— Des Elfes Noirs ? proposa faiblement le nain
— Exact. Nous sommes des espions à la solde du Roi Sorcier.
— Mais… que voulez-vous de moi ?
— Patience, mon ami, j’y viens. Donc, je disais que nous servions le Roi Sorcier. Or, celui-ci a entendu que vos deux pitoyables races voulaient de nouveau s‘allier. C’est exact ?
Comme le nain ne répondait pas, l’elfe le gifla violemment.
— Je répète : c’est exact ?
Et Bramdal, interdit, hocha la tête.
— Bien, repris l’elfe, mais ça, nous étions au courant. Tout ce que mon Maître veut savoir, c’est l’heure et le jour de votre rendez-vous avec Finubar le Faible.
— Vous n’êtes pas au courant ? croassa Bramdal.
Il fut giflé de nouveau.
— J’ai dit, l’heure et la date ! s’exclama l’elfe. Et non, nous ne le savons pas, dit-il comme à lui-même. Ce pitoyable roi a pris soin de réserver cette information à quelques privilégiés seulement. Pour éviter des troubles inutiles, j’imagine. Peuh !
Puis il sorti de ses pensées et se retourna vers le nain.
— Bon ! J’attends ! Quelle heure, quelle date !
— Bah ! De toute façon, qu’est-ce que ça peut vous faire, à vous et votre planqué de seigneur ? s’exclama Bramdal avec mépris.
Troisième gifle.
— N’insulte pas le Roi Sorcier ! Nous voulons simplement recommencer une Guerre de la Barbe… Dans tous les cas, Ulthuan sera à notre merci, comme un fruit trop mur qui n’attend que le cueilleur pour se détacher de l’arbre. Quant à votre faible race, et bien vos Karak tomberont faces aux assauts des Skavens et des Peaux-Vertes… Alors, la date ?
Bramdal tourna la tête et planta ses yeux dans ceux de l’elfe et prit un air résigné
— Je ne dirais rien.
En réponse, l’elfe se mit tout d’abord à sourire, puis, à la grande surprise de son prisonnier, se mit à rire d’un rire froid, dur et cruel qui glaça le sang de Bramdal.
— Nous allons voir ça, nain, nous allons voir ça… Haerkan, que vous connaissez déjà (il montra l’elfe derrière la chaise), peut-être très persuasif, vous savez…
Il claqua des doigts et une poignée de globes lumineux s’alluma, révélant les murs de la pièce, et Bramdal se glaça à leur vue : devant s’étendait tout un arsenal de torture.

_______________________________________________________________

Grom'


Spoiler:
 

Traduction réalisée d'après Grudgelore, de Nick Kyme et de Gave Thorpe.
Revenir en haut Aller en bas
http://karak-grom.webnode.fr/
Romarik Levert
Administrateur
Administrateur
Romarik Levert

Nombre de messages : 5742
Age : 34
Localisation : Haute Savoie
Date d'inscription : 30/04/2005

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptyDim 11 Nov 2012 - 2:39

Gromdal Drekgiti a écrit:
Romarik Levert a écrit:
...Pourquoi il capture le roi et pas le prince avec?
????
Euh... Y a pas de roi ici... À part Finubar, bien sûr.

Grom ne serait pas le roi de karak grom? (il y a un roi par forteresse...ne pas confondre avec "Haut-roi") . Et Thane veut dire "Prince" ou "Capitaine" en hiérarchie. (entre autre le fils de Grom..)


[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Bannie16  [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Bannia16
Revenir en haut Aller en bas
Gromdal Drekgiti
Longue barbe
Longue barbe
Gromdal Drekgiti

Nombre de messages : 652
Age : 23
Localisation : Somewhere, beyond the sea ... tralalaaaa
Date d'inscription : 02/09/2012

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptyDim 11 Nov 2012 - 3:06

Romarik Levert a écrit:
Grom ne serait pas le roi de karak grom? (il y a un roi par forteresse...ne pas confondre avec "Haut-roi") . Et Thane veut dire "Prince" ou "Capitaine" en hiérarchie. (entre autre le fils de Grom..)
rire7

Lis ceci :
Gromdal Drekgiti a écrit:

Kurgan Godrison, Thane et fils héritier du trône de Karak Grom.
Godrisson = fils de Godri. C'est Godri IV Drakkdrengi le roi de Karak Grom.

Ensuite, Thane, c'est la seule distinction naine hormis le titre de roi et de Haut Roi (LA nain v7). C'est tout aussi bien un fils de roi qu'un chef de clan qu'un capitiaine, etc !
Autrement dit, Gromdal, qui est Thane, est le chef de son clan, c'est tout !

Grom'


Spoiler:
 

Traduction réalisée d'après Grudgelore, de Nick Kyme et de Gave Thorpe.
Revenir en haut Aller en bas
http://karak-grom.webnode.fr/
Romarik Levert
Administrateur
Administrateur
Romarik Levert

Nombre de messages : 5742
Age : 34
Localisation : Haute Savoie
Date d'inscription : 30/04/2005

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptyDim 11 Nov 2012 - 3:14

Ok donc , dans ce p'tit groupe de nains, on a donc deux thanes rire sadique .

Désolé j'ai cru que gromdal était roi de karak grom (vu qu'il porte presque son nom!)


[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Bannie16  [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Bannia16
Revenir en haut Aller en bas
Gromdal Drekgiti
Longue barbe
Longue barbe
Gromdal Drekgiti

Nombre de messages : 652
Age : 23
Localisation : Somewhere, beyond the sea ... tralalaaaa
Date d'inscription : 02/09/2012

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptyDim 11 Nov 2012 - 3:19

Romarik Levert a écrit:
Désolé j'ai cru que gromdal était roi de karak grom (vu qu'il porte presque son nom!)
Oui mais ça ne veut pas du tout dire la même chose en khazalid !

Grom :" brave", "défiant", mais aussi tout simplement "défi". (d'où Karak Grom, la forteresse du défi éternel).

Gromdal : artéfact ancien.

Même si le nom de mon perso, je l'ai pas choisi parce que ça voulait dire ça.... bourré

Grom'


Spoiler:
 

Traduction réalisée d'après Grudgelore, de Nick Kyme et de Gave Thorpe.
Revenir en haut Aller en bas
http://karak-grom.webnode.fr/
Durin
jeune nain
jeune nain
Durin

Nombre de messages : 167
Date d'inscription : 29/10/2012

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptyDim 11 Nov 2012 - 7:07

Attention, je suis en mode [Taquin]

Citation :
gigantesque elfe aux muscles saillants. Vêtu de noir, aux cheveux et aux yeux noirs,

Hein? elfe gigantesque? Il me penser à lui:

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur 300px-Varghulf

Citation :
l’elfe sorti de derrière son dos un fouet à la pointe barbelée qui claqua

Yes! une scène de sado-macho...

Citation :
s’étendaient des fresques de la mythologie elfique.

Vu que les elfes sont immortels, le sens "mythologie" perdrait son sens non? rire

Citation :
Or, celui-ci a entendu que vos deux pitoyables races voulaient de nouveau s‘allier.

tourni maboule Je crois que le Roi sorcier ne sera pas le seul à être choqué....Thorgrim le rancunier aussi!!

Citation :
Comme le nain ne répondait pas, l’elfe le gifla violemment.

tu l'as senti comment cette baffe grom'? rire

J'ai bien aimé l'humour de grom' avant qu'il reçoit une deuxième baffe. Pouce OK

Citation :
Nous allons voir ça, nain, nous allons voir ça… Haerkan, que vous connaissez déjà (il montra l’elfe derrière la chaise), peut-être très persuasif, vous savez…
Il claqua des doigts et une poignée de globes lumineux s’alluma, révélant les murs de la pièce, et Bramdal se glaça à leur vue : devant s’étendait tout un arsenal de torture.

Oh purée! me faut la suite! question étonné dechire barbe


[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Bannie16 cri de guerre ...  L'empire des Nains retrouvera un jour sa grandeur
Revenir en haut Aller en bas
Gromdal Drekgiti
Longue barbe
Longue barbe
Gromdal Drekgiti

Nombre de messages : 652
Age : 23
Localisation : Somewhere, beyond the sea ... tralalaaaa
Date d'inscription : 02/09/2012

[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur EmptyDim 11 Nov 2012 - 12:36

Durin a écrit:
Citation :
s’étendaient des fresques de la mythologie elfique.
Vu que les elfes sont immortels, le sens "mythologie" perdrait son sens non? rire
rire7
Non, les elfes ne sont pas immortels ! (t'es fou, toi ! tourni )
Avec GW qui s'efforce à réduire les espérance de vie de toutes les races de warhammer, impossible ! rire sadique
En effet au départ, les Elfes étaient immortels/vivaient trèèèès longtemps (d'où l'âge de Malékith) et les Nains vivaient dans les 700 ans.
Mais maintenant, c'est fini ! Les Elfes c'est 2000 ans, et les nains 300/350 ans. clin d\'oeil
Et pis t'façon si t'veux qu'les elfes n'aient pas de mytholoqie, adresse toi à GW ! C'est lui qui le dit ! tir la lanque

Citation :
Citation :
Or, celui-ci a entendu que vos deux pitoyables races voulaient de nouveau s‘allier.

tourni maboule Je crois que le Roi sorcier ne sera pas le seul à être choqué....Thorgrim le rancunier aussi!!
En l'occurence, c'est MOI qui écrit et J'AI décidé que Thorgrimm était d'accord. cri de guerre

Et puis si t'aime pas mon récit, t'as qu'à pas poster de commentaires, non mais ! Je passe du temps à les écrire, mes récits, alors j'aimerais un minimu de respect, s'il vous plait. C'est pas sympa quand on te dit que tu fais des trucs irréfléchis et nuls et tout et tout... nain 11 saoul

Grom'


Spoiler:
 

Traduction réalisée d'après Grudgelore, de Nick Kyme et de Gave Thorpe.
Revenir en haut Aller en bas
http://karak-grom.webnode.fr/
Contenu sponsorisé




[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty
MessageSujet: Re: [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur   [Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Récit] Les Chroniques de l'ambassadeur
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» FLIC Chroniques de la police ordinaire, Bénédicte Des forges
» Lettre d'introduction de l'ambassadeur Flamand
» Wessonov fini etl'ambassadeur infernal
» Arrivée de l'ambassadeur de Normandie
» Arrivée de l'ambassadeur d'Armagnac et Comminges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Nains , Duardins , Fyreslayers et Kharadrons :: Créations, Modélismes, Annonces & Divers [Warhammers Nains] :: [Nains] Demeure des Clans [Création Clans/Citadelles/Histoires & récits]-
Sauter vers: