Forum Nains , Duardins , Fyreslayers et Kharadrons

Jeux et loisirs
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Bienvenue Invité

Nouveautés:
Blog : Si vous souhaitez un mini article tout les jours qui parle de nains ou ce qui les concernent, c'est ici!

Pour ceux qui veulent "Discord" (logiciel vocale gratuit) entre Nains:
Demander l'adresse par mp à "Grodbur Kazgar" membre du forum.

Partagez | 
 

 Karaz-Zank

Aller en bas 
AuteurMessage
barnab de Karaz-zank
Longue barbe
Longue barbe
avatar

Nombre de messages : 959
Age : 22
Localisation : Genève
Date d'inscription : 20/12/2008

MessageSujet: Karaz-Zank    Dim 4 Nov 2012 - 10:33

Je poste donc (enfin) le début du background de ma forteresse. Bonne lecture et bon courage !
La suite dès que possible...  



Karaz-Zank ou la montagne tranchée


Karaz-Zank fut créé durant la guerre de la vengeance, alors que les nains se préparaient à entre en guerre contre les elfes, certains rois hésitèrent à laisser leur forteresse sans défenseurs. Le haut roi ne pouvait leur donner tort, après tout, bien que repoussées les hordes du chaos et les peaux vertes existaient toujours...

Les cols étant déjà défendus, Gotrek Brise-étoiles décida d'aller plus loin vers l'est et il chargea Harok Furgilson, gardien de Karaz-a-Karak d'aller fonder une forteresse le plus à l'est possible et de choisir un endroit que les ennemis de la race naine pourraient voir de loin afin qu'ils soient plus tenter de l'attaquer plutôt que les autres forteresses. Le choix du haut roi se porta sur lui pour deux raisons la première étant que Harok l'avait fidèlement servi durant des années et lui avait même sauver la vie, deux fois, il méritait une promotion des plus prestigieuse. La deuxième raison était que sous le règne de Snorri Blanche-barbe Harok avait été envoyé à de nombreuses reprises sur Ulthuan pour y commercer avec les nobles de Caledor et s'y était fait de nombreux amis. Et le haut roi ne voulait pas qu'Harok se batte contre d'anciens amis...

Se pliant à la volonté de son roi Harok organisa plusieurs expéditions pour trouver l'endroit idéal à la construction de la forteresse. Et c'est à l'est de Gunbad qu'il trouva la perle rare, une montagne entourée d'une immense vallée à seulement un point d'accès à l'est. Malgré la forme étrange de la montagne, la construction d'une base défensive ne prit que sept ans et la relier à l'undgrin ankor prit trois ans de plus. La forteresse fut appeler Karaz-Zank à cause de la forme étrange de la montagne qui semblait coupée en deux.

Il n'y eut pas d'autres excavations que celles de l'aménagement de la forteresse, le maître mineur Alrin ayant examiné la montagne et ses environs et l'ayant déclaré : '' Aussi vide de minerais que l'cul d'un grobi !'' La forteresse dut donc demander aux karaks qui ne fourniraient pas de troupes aux défenses de payer une taxe en minerais. Harok n'avait pas oublié la mission que le haut roi lui avait confié, empêcher les ennemis de la race naine d'attaquer les forteresses sans défenseurs, c'est pourquoi au sommet de la montagne une immense tour fut construite et recouverte d'une couche d'or et de bronze poli. L'éclat de la tour était tel qu'elle était visible à des centaines de kilomètres dans les terres arides et bientôt des dizaines de tribus de peau-vertes se précipitèrent vers la forteresse ou ils furent accueillit par des volées de carreaux et de rochers.


C'est en -1973, après l'attaque de la montagne du tonnerre que la forteresse commença à se développer. Nombre de nain décidèrent de rejoindre Karaz-Zank soit pour s'y réfugier après des attaques d'elfes soit pour participer plus activement à la défense contre les grobi. La forteresse ne pouvait plus contenir tous ces gens mais fort heureusement nombre d'entre eux était des mineurs et des architectes de talents et en à peine 4 mois un nouveau quartier avait fait son apparition. Ce quartier était si beau que Harok profita d'une longue période sans attaques de grobi pour faire construire un nouveau palais royale à son extrême ouest.

Alors qu'il creusait la future salle du conseil, un mineur du nom de Bokrin Arufson découvrit un prodigieux gisement d'or. Les vieux mineurs furent surpris et Alrin honteux de s’être trompé à ce point sur les capacités de la montagne se rasa le crane et partit trouver la mort dans les terres Arides. Cette découverte fit tant de bruit , qu'un groupe de géologue de la guilde des mineurs vint sur place et constatèrent que la formation géologique autours du filon n'était pas du tout normal, et après avoir fait inspecter la mine par un maître des runes, ils finirent par autoriser l'ouverture d'une nouvelle mine. Sous la supervision de Bokrin les mineurs suivirent le filon d'or ce qui les mena à découvrirent plusieurs gisements de pierres précieuses tout aussi étrangement formé.

Le mystère des filons de Karaz-Zank demeurait entier, jusqu'au jour où, Nyrn Rorikson, l'archiviste royale reçut une blessure au front. Ne voulant pas rester inutile, il vint à Karaz-Zank faire un compte-rendu des évènements au roi. Il ne tarda guère à entendre parler des mines et décida d'essayer de tirer cette énigme au clair. Et en fouillant dans les archives de Karaz a Karak il finit par découvrir ce qui pouvait être une réponse.



La légende de Kalanar

Du temps ou` Grungni, Grimnir et Valaya foulaient encore la dure pierre de nos montagnes, un dragon du nom de Kalnar terrorisait notre magnifique peuple. Durant cinquante ans Kalanar, dit le fils du nord, pilla et saccagea nos terres montagneuses.
Un jour Grimnir, père des tueurs, décida d'en finir avec le nordique. Ainsi se mit il en chasse poursuivant le dragon mais toujours arrivants trop tard. Jusqu'au jour où, utilisant toute la sagesse qui caractérisait nos ancêtres, il lui tendit un piège. Par piège n'entendons pas ces vils manières qui font la fiertés de grobis , entendons plutôt un moyen de faire combattre nos couards d'adversaires à la loyal. C'est ainsi que le drakk Kalanar se vit contraint à se battre contre Grimnir.
Le combat dura dix jour durant lesquels Grimnir et le fils du nord se battirent sans répits. Le père de notre race, couvert d'entailles, boitant et suant et Kalnar dont le sang tombait par mille blessures dans l'incapacité de s'envoler car une large coupure ouvrait l'une de ses ailes en deux. Jusqu'au moment où Grimnir enfonçant sa hache dans le flanc de la bête se vit propulsé loin du combat par la queue du drakk .
Profitant de cette occasion le lâche fils du nord s'enfuit jusque dans son antre où il se terrât avec pour seul compagnie la hache que Grungni avait forgé pour son bien aimé frère planté dans le flan. Valya et Grungni les compagnon et frère de Grimnir accoururent le soigner. Un jour suffit à notre ancêtre pour se relever blessé dans sa fierté et son honneur Grimnir parti à la recherche du drakk. Heureusement pour lui les nombreuses blessures dont souffrait le dragon le trahir, laissant derrière elles une trainée de sang noir. Grimnir n'eut aucun mal à trouver l'antre du fils du nord. Mais malheur aucune entrée ne permettait au premier des tueurs d'accéder à sa revanche contre l'ignoble drakk. Fou de rage et de vengeance Grimnir empoignât la hache qu'il lui restait à deux mains et d'un seul geste frappa la montagne la faisant trembler jusque dans ses fondations. C'est alors que la légende s'écrivit, la montagne répondit au père des tueurs et lui accorda sa vengeance. La roche s'ouvrit lentement en deux, libérant ainsi une entrée vers la tanière de la bête. Grimnir entra sans hésiter dans les ténèbres de ce tunnel.
Ainsi le premier guerrier se trouvât il devant un amas d’or, de diamant, de bijoux et d'œuvre de meilleure facture que le drakk avait amassé dans nos forteresses. Mais ce qui réjouis le plus le père des tous les tueurs fus le nordique juché au sommet de ce trésor qu'il déclarait comme sien. Le drakk et Grimnir continuèrent le combat sous les yeux de Grungni et Valaya qui n'avaient pu se résoudra à laisser leur frère partir seul face au nordique.
Le souffle du dragon était si chaud que bientôt les adversaires durent monter dans les cavitées de la paroi pour ne pas mourir dans l'or fondu.
Finalement, le corps meurtris, Grimnir put donner le coup fatal.Sa hache s’enfonça au milieu du front du fils du nord si profondément que nul ne put la retirer, pas même Grimnir. Kalnar le nordique poussa un dernier rugissement, maudissant celui qui l'avait vaincu. Utilisant ses dernières forces Grimnir fit basculer le corps sans vie de son ennemi dans le lac d'or fondu en déclarant :
'' Que cet or si mal acquis et souillé par le sang et l'infamie du drakk soit sa dernière demeure et qu'aucun nain ne vienne le réclamer avant que la montagne ne l'ait purifié. A ce moment seulement l'un des fils de mon frère pourra venir revendiquer ce trésor en libérant ma hache du crane de la bête.''
Alors le premier guerrier s’effondra et tandis que Valaya tentait de le soigner Grungni parla :
''Les paroles de mon frère furent justes ! Que la montagne elle-même qui accorda la victoire à mon frère défende cet or contre les grobi et les urk afin que seul un dawi puissent un jour en profiter !''
Alors la roche elle-même approuva et fit disparaitre la caverne de tel manière que sa seule différence entre cette montagne et les autres fut la fissure que Grimnir avait fait et qui jamais ne devait se refermer.

Lokri plume d'or.



Récits extension:

L'assaut sur Karaz Zank: http://romarik.forumactif.com/t1524-l-assaut-sur-karaz-zank


L'or ne peut racheter l'honneur perdu.

porte étendard


Dernière édition par barnab de Karaz-zank le Dim 11 Aoû 2013 - 20:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Romarik Levert
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5662
Age : 33
Localisation : Haute Savoie
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Re: Karaz-Zank    Mar 6 Nov 2012 - 2:45

Le récit m'a bien amusé.

Grimnir a encore perdu une (quatrième?) hache de Grimnir? fumer

Cette histoire m'as l'air compliqué et cache bien des choses.


 
Revenir en haut Aller en bas
Durin
jeune nain
jeune nain
avatar

Nombre de messages : 167
Date d'inscription : 29/10/2012

MessageSujet: Re: Karaz-Zank    Mar 6 Nov 2012 - 3:38

Une forteresse qui attire les ennuis pour protéger les autres? malade

Déjà qu'il reste plus beaucoup de nains... Ta forteresse aurait du mal à résister sans arrêt , surtout qu'il ne connait pas de répit.
Je me sens mal à l'aise pour tes nains dans cette forteresse surprendre


cri de guerre ...  L'empire des Nains retrouvera un jour sa grandeur
Revenir en haut Aller en bas
barnab de Karaz-zank
Longue barbe
Longue barbe
avatar

Nombre de messages : 959
Age : 22
Localisation : Genève
Date d'inscription : 20/12/2008

MessageSujet: Re: Karaz-Zank    Dim 11 Nov 2012 - 15:58

Merci pour vos commentaires.

Citation :
Grimnir a encore perdu une (quatrième?) hache de Grimnir?

Je pense qu'avant de forger les deux haches de Grimnir, ce dernier en avait déjà. Après ça se discute d'un point de vue chronologique.
Et cela reste une légende donc...

Citation :
Une forteresse qui attire les ennuis pour protéger les autres?

Déjà qu'il reste plus beaucoup de nains... Ta forteresse aurait du mal à résister sans arrêt , surtout qu'il ne connait pas de répit.
Je me sens mal à l'aise pour tes nains dans cette forteresse

Y'a pas de quoi être mal à l'aise, comme je l'ai dit, l'emplacement de la forteresse a été spécialement choisit pour cette mission et elle dispose donc d'une ligne de défenses naturelles très efficaces tout en restant accessible au peaux vertes car le seul point d'accès en surface est à l'est (donc du coté des terres arides). Ajoute à cela les défenses d'une forteresse nain assez récente ( comparer aux autres ) et je penses que tu pourras comprendre pourquoi ce projet paraissait possible aux nains.



La suite pour bientôt .


L'or ne peut racheter l'honneur perdu.

porte étendard
Revenir en haut Aller en bas
barnab de Karaz-zank
Longue barbe
Longue barbe
avatar

Nombre de messages : 959
Age : 22
Localisation : Genève
Date d'inscription : 20/12/2008

MessageSujet: Re: Karaz-Zank    Lun 3 Déc 2012 - 13:07

Une petite suite (très petite) pour montrer que je n'oublis pas joyeux


Harok était un nain et en tant que tel il ne modifiait pas ses projets pour un rien, c'est pourquoi l'entrée des mines se trouvait à côté du palais royal. Et le roi en était fort satisfait, cela lui rappelait sa jeunesse dans les mines et il aimait aller se promener dans les mines, autant dans la journée ,ou le bruit de la pioche creusant la roche formait une douce mélopée, que la nuit ou le silence de la montagne lui permettait de réfléchir aux problèmes de la forteresse et à la guerre lointaine ...
C'est lors de l'une de ces promenades nocturnes que Harok se perdit. Il pensait au texte que que Rorikson avait ramené de Karak a karak et lorsque il s’aperçut qu'il était dans une partie de la mine qu'il ne connaissait pas il fronça les sourcilles. Il avait parcouru toutes les galeries de la mine plusieurs fois et pensait la connaitre aussi bien que le maitre-mineur. Il posa sa main sur la paroi et sentit très vite que le mur lisse n'était pas comme les autres murs de la mine. Il retira sa main sans vouloir en savoir plus et regretta de ne pas avoir pris d'arme avec lui. Il rebroussa donc chemin tout en surveillant ses arrières. Il tourna à l'angle et resta sans voix, devant lui une immense sale aux parois couvertes d'or. L'or avait une teinte très étrange qui attirait l’œil et sans s'en rendre compte Harok avança jusqu'au centre de la pièce. Alors il vit qu'au fond de la pièce se trouvait une statut. S'approchant il vit qu'il s'agissait d'un dragon, un immense dragon d'or ! Et alors qu'il posait sa main sur lui il remarqua hache planter dans le front de la statut. Il entreprit d'escalader ce dragon sans savoir vraiment pourquoi. Il glissa à deux reprise lors de son escalade, se foula un poignet et s'entailla plusieurs fois. Mais finalement il arriva à la tête du dragon. Posant la main sur le manche de la hache, il sentit toute la puissance de la montagne autours de lui, il sentit le parfum d'une bière plus douce que tout ce qu'il avait pu gouter jusqu'alors envahir sa bouche et il sentit la force dans son bras. Il saisit le manche de la hache à pleine main et d'un coup sec qui fit voler des éclats d'or en tous sens il la retira de son fourreau d'or et la brandit au-dessus de sa tête. Il poussa alors un cri de guerre qui fit trembler les murs de la salle et le dragon d'or lui-même plia l'échine devant tant de puissance, ramenant Harok au sol comme un docile animal. Ce fut la dernière fois que ce cri ancestral fut entendu sur Terre.

Harok se réveilla dans son lit, une hache dans sa main : la hache. Il ordonna un rassemblement du conseil sur le champ, en oubliant même sa bière matinale !
Une fois le conseil rassemblé, Harok commença à raconter le rêve qu'il avait fait cette nuit. Après quoi il appela son fils, Kagrim qui participait pour la première fois au conseil, qui lui apporta un plateau recouvert d'un voile. Harok regarda tour à tour chacun des membres du conseil qui pour la plupart avait l'air de penser que leur souverain était fou. Et fronçant les sourcilles une dernière fois devant ce manque de confiance il retira le voile, révélant ainsi la hache.


L'or ne peut racheter l'honneur perdu.

porte étendard


Dernière édition par barnab de Karaz-zank le Dim 11 Aoû 2013 - 20:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Romarik Levert
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 5662
Age : 33
Localisation : Haute Savoie
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Re: Karaz-Zank    Ven 7 Déc 2012 - 14:22

Harok veut faire la guerre je parie joyeux


 
Revenir en haut Aller en bas
barnab de Karaz-zank
Longue barbe
Longue barbe
avatar

Nombre de messages : 959
Age : 22
Localisation : Genève
Date d'inscription : 20/12/2008

MessageSujet: Re: Karaz-Zank    Lun 12 Aoû 2013 - 6:26

La suite. Cette fois on y parle surtout de la technique de guerre principale du karak.


Après un long silence les conseillers commencèrent à parler tous en même temps, comportement assez inhabituel dans un conseil nain. Mais dévoiler une telle hache était pour le moins inhabituel.
Certains, dont Harok était le chef, voulaient porter la guerre aux grobis des terres sombres et arguaient que si la hache lui était apparue en ces heures de conflits c’était pour leur rappeler que le vrai ennemi était à l’est et qu’il fallait définitivement l’éliminer. D’autres pensaient que la hache leur était venue car un grave péril allait bientôt menacer la forteresse et qu’au contraire ils devaient rassembler leurs forces. Ils y en avaient aussi qui voulaient envoyer la hache au haut roi pour l’aider à lutter contre les elfes et que les montagnes elle-même étaient outré par la trahison des elgis.  Finalement, grâce au maitre de runes Khord Orvue, il fut décidé d’envoyer un message au haut-roi car une affaire aussi importante empêchait une prise de décision rapide.

Lorsque la réponse leur vint enfin le conseil se rassembla à nouveau.  
Le haut roi Gotrek leur annonçait la venue prochaine d seigneur des runes Furgil qui avait, dit-on, apprit son savoir de Thungni lui-même, de Yatis grand prêtre de Grimnir et de son cousin Morgim. Il adressa également ses félicitations au roi Harok et à sa forteresse pour le précieux service qu’il rendait au royaume l’efficacité et le zèle dont il faisait preuve dans sa mission furent tout aussi loué. Il ajouta que Harok était maitre de sa forteresse et qu’il pouvait, si il le voulait, envoyer des expéditions provoquer les peaux vertes tout en l’enjoignant de garder à l’esprit qu’une vie de nain ne devait pas être sous-estimer. Il finit sa lettre en donnant des nouvelles de la guerre ; Snorri trois doigts, son fils et héritier, était tombé un mois plus tôt de la main de Caledor II.

Le roi fit faire une période de deuil à la forteresse en l’honneur de Snorri (qu’il avait bien connu enfant). Mais bien vite son devoir redevint la priorité. Les rangers étaient revenus en hâte à la forteresse, annonçant la venue d’une Whaaag  immense.  La forteresse se prépara alors à recevoir cette force comme toutes les autres.

Une défense symbolique fut laissée à la première porte qui séparait la vallée des terres sombres. Après quelques heures de luttent ou l’artillerie et les arbalètes naines prélevaient de lourd tribut dans les forces grobi. Les portes étaient ouverte (bien souvent seules les entraves étaient retirées laissant un coup de bélier orque les ouvrir vraiment) et après une dernière salve et un jet d’huile bouillant sur les assaillant passant la porte, les nains se retiraient par un secret tunnel jusqu’à la forteresse ou se cachant juste de la vue des grobi dans le dit tunnel aménagé en caserne. Le mur étant fait pour résister d’une attaque depuis la vallée les grobi ne pouvaient l’envahir. Et rare était ceux qui le voulaient car une fois la porte passée la forteresse elle-même était en vue. Ils oubliaient donc le mur vide (ce qui leur semblait normal puisque ils l’avaient passé) et se dirigeaient vers la forteresse à moins d’une demi-journée de marche.

La forteresse était elle aussi très bien fourni en artillerie et en tireur puisque chaque habitant devaient posséder une arbalète et assez de carreaux pour tuer 20 grobis. Ils étaient également tenu d’effectuer au moins une fois par semaine un entrainement d’une demi-journée devant des soldats professionnels qui, lors d’attaques, menait leurs élèves au combat.  Le chemin jusqu’à la forteresse était long et éprouvant. Dans ses passages les plus étroits on dit que seul 6 orques pouvaient avancer de front. Un chemin de terre battue ou de gravier qui par deux fois obligeaient ceux qui le montait à se retourner (cela permettait également aux nains de surplomber le chemin sur lesquels les grobi avançaient.) Entre les deux virages un torrent s’écoulait et avait creusé la roche. En ce point un pont de pierre passait par-dessus les eaux rapides. Mais les pieds de ce pont étaient gravés de runes majeures d’immolation qui (bien que jusqu’à aujourd’hui ne furent jamais utilisé) devaient détruire le pont et ainsi donner un long répit à des défenseurs trop menacés. Lorsque des tueurs ou des courte-barbes voulaient affronter l’ennemi à l’extérieure, les deux tournants étaient solidement fortifié et le chemin étaient à demi obstrué par des rocs. Les tueurs tenaient alors le premier point tandis que  les soldats et les ingénieurs faisaient pleuvoir la mort depuis le chemin  surplombant les assaillants. Mais rare étaient ce genre de situation et bien souvent les tueurs attendaient leur heures à l’intérieure des mures.

On faisait toujours en sorte que l’ennemi garde confiance, parfois en retirant des troupes du front, parfois en lui criant des insultes mais le plus souvent en tirant dans les rangs arrières afin que l’avant des forces avance toujours. Lorsqu’enfin les urks atteignaient le plateau devant la forteresse ils étaient accueillis par les flammes*. Après quoi on laissait un répit aux peaux-vertes afin qu’un maximum d’entre eux prennent pied sur le plateau et aussi car bien souvent la nuit était tombé depuis longtemps**.  Les portes avaient leur base renforcée d’un alliage de gromril et d’acier tandis que le haut était en acier nain pur. Toute tentative pour l’enfoncer était donc vaine.  Au matin ou après une longue attente ponctué parfois de quelques tirs d’arbalétriers insomniaques, le feu était à nouveau lancé ainsi qu’un considérable barrage d’artillerie et de volées de carreaux. Dès que le plateau était dégagé on ouvrait les portes et les tueurs pouvaient alors enfin charger suivit de près par les guerriers du karak.

Dès lors les assaillants étaient dispersés et voulant fuir se faisaient massacrer sur le chemin de la forteresse. Certains préféraient même se jeter dans le vide ou dans le torrent plutôt que d’affronter la terrible colère des nains. Mais en arrivant devant la muraille extérieure, ils trouvaient les portes fermées, les machines tournées vers l’intérieur et un nombre conséquent de tireurs prêt à les accueillir. C’est à ce moment-là que le nom de la muraille prenait tout son sens : Barak a Zantraghadoh. Pris entre le marteau et l’enclume l’armée était massacrée et éparpillée dans la vallée. Dès lors commençait la chasse. Elle était souvent longue car très divertissante. Les nains sortant en groupe réduit pour chasser les grobis. Certains disent que c’est là la première apparition du Grobkul, la chasse aux gobelins devenu plus tard une tradition.




On notera l’évolution des techniques de guerre employé par les nains. Progressivement des canons s’ajoutèrent aux catapultes et aux balistes ou remplaçaient celles détruites. Les flammes dont on parle devant la porte étaient au départ  du feu grégeois lancé par des catapultes mais dès l’invention du canon à flamme celui-ci remplaça ce procéder trop délicat et couteux. Des arquebuses firent aussi leur apparition aux coté des arbalètes mais la loi sur les arbalètes ne fit que s’adapter en s’étendant aussi aux arquebuses.


  • * Il est dit cependant dans les notes de la forteresse qu’une fois ce fut par l’eau que les orques furent accueillit lorsqu’en -1527 l’ingénieur Zarnir Rogrikson fit détourner le torrent.
    **Les gardes de la première enceinte avaient en effet des horaires voulant que l’ennemi ne doive pas passer avant 1heure de l’après-midi.





Je parlerai plus en détail des tueurs et des noms donnée aux différents lieux de la forteresse plus tard.


L'or ne peut racheter l'honneur perdu.

porte étendard
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Karaz-Zank    

Revenir en haut Aller en bas
 
Karaz-Zank
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Nains , Duardins , Fyreslayers et Kharadrons :: Créations, Modélismes, Annonces & Divers [Warhammers Nains] :: [Nains] Demeure des Clans [Création Clans/Citadelles/Histoires & récits]-
Sauter vers: