Forum Nains , Duardins , Fyreslayers et Kharadrons

Jeux et loisirs
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Bienvenue Invité

Nouveautés:
Blog : Si vous souhaitez un mini article tout les jours qui parle de nains ou ce qui les concernent, c'est ici!

Pour ceux qui veulent "Discord" (logiciel vocale gratuit) entre Nains:
Demander l'adresse par mp à "Grodbur Kazgar" membre du forum.

Partagez | 
 

 Le joueur de Balïnca (partie 2)

Aller en bas 
AuteurMessage
Öllkewero
Enfant nain
Enfant nain
avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 01/11/2018

MessageSujet: Le joueur de Balïnca (partie 2)   Sam 17 Nov 2018 - 11:14

Salutations à tous mes chers amis , comme promis voici la seconde partie du joueur de Balïnca
j'espère que ce texte vous plaira ...

Le serviteur expliqua, à travers un long monologue, l’histoire de cette maison.
- Le manoir des Goïfinca date du treizième siècle et fut édifié par Ul-Goïfinca, un célèbre architecte Pharixirien. Son style antique authentique se remarque à l’extérieur, avec son grand minaret au toit en dôme d’albâtre et sa toiture rectangulaire faite d’ardoises d’un bleu foncé, signe évident de l’appartenance au peuple Vophavare. A l’entrée deux statues de bêtes canines furent rajoutées au quinzième siècle. A l’intérieur, on trouve le bureau d’Ul-Goïfinca, encore utilisé par monsieur le marquis de Nolfinca dont la …
Nëlinca coupa Maraö dans sa description.
- Je doute que Wizi soit passionné d’architecture baroque, mais …
A son tour l’enfant parla doucement :
- Au contraire. Même si je ne peux voir toutes ces merveilles, je me plais à imaginer ce palais.
Passant son bras autour de son épaule, la demoiselle le rassura.
- Ne t’inquiète pas, si tu veux en apprendre plus sur ma maison tu discuteras plus longuement avec Maraö. En attendant je dois absolument te présenter à mon père.
- Malheureusement, Monsieur le marquis est en pleine réception chez l’empereur afin de parler du conflit qui s’étend au sud de ce monde.
Nëlinca, déçue, questionna son servant :
- Pourrais-tu faire mettre du charbon dans la chaudière je vais conduire Wizi au bain.
Le serviteur acquiesça. La jeune femme l’accompagna jusqu’à la salle d’eau et le lava avec un savon aux senteurs florales. Une fois dans l’eau, Wizichäum se sentit calme, apaisé et voulut que cet instant en compagnie de la musicienne dure éternellement. Lorsqu’ils sortirent de l’eau, Wizichäum interrogea Nëlinca :
- Pourquoi fais-tu tout cela pour moi ? Je n’en demandais pas tant. Seule une pièce pour me nourrir m’aurait suffit.
Tout en séchant le garçon avec une serviette parfumée, elle lui dit :
- Simplement parce qu’un jour quelqu’un m’a conseillé de venir en aide aux démunis.
En même temps qu’il se rhabillait, il ajouta :
- Hallciwive regorge de nains et de pauvres qui connaissent la misère et le malheur.
La généreuse Nolfinca déposa un baiser sur le front de Wizichäum avant de clôturer le sujet.
- La plupart se préoccupe seulement de leur prochain vol ou leur futur repas et peu sont aussi sensibles que toi à la musique.
Elle guida le jeune aveugle jusqu’au salon où il s’assit sur un canapé recouvert d’un tissu souple et de coussins moelleux. Soudain, une odeur encore inconnue à son nez envahit ses narines. Maraö déposa sur la table un plateau et fit la révérence.
- Des gâteaux à l’Ünnaïnt pas trop cuits comme vous les aimez dame Nëlinca, ainsi qu’une cruche de lait mousseux, agrémenté d’épices rares du sud-ouest de notre cher monde.
Remerciant Maraö, elle mit une de ces pâtisseries dans les mains de l’enfant et lui dit tout bas :
- Ne t’inquiète pas ! On prendra bien soin de toi. Mange maintenant, c’est une spécialité des îles de l’est.
Mangeant jusqu’à satiété et buvant le délicieux lait, ce ne fut qu’après avoir terminé ce goûter riche en sucre qu’il reconnut à nouveau le grattement du balaïca. Cependant il s’agissait d’une musique plus simpliste et dansante. Wïzichäum se retourna et s’esclama :
- C’est somptueux ! Bravo ! Bravo !
Après avoir terminé, Nëlinca dit :
- A présent, à toi d’essayer mon petit.
Au départ hésitant, Wizichäum finit par accepter et remercia son amie. A ce moment précis, l’aveugle démontra ses prouesses en balaïca en interprétant le lament du marin pratiquement sans fausses notes. Quoiqu’un peu saccadé, le rythme était néanmoins plus lent et la mélodie d’autant plus triste. Sentant sa gorge se nouer, le nain vivait intensément cette musique lui rappelant son ancienne vie de vagabond errant. Dès qu’il acheva brillamment ce morceau, Nëlinca applaudit et lui dit :
- Tu est un génie Wizi ! Pour quelqu’un qui n’a jamais étudier le solfège c’est incroyable !
Gonflé de fierté, le garçon afficha un large sourire. Une seconde voix plus éraillée fit irruption dans la salle.
- Très belle interprétation mon enfant n’as tu point songé à prendre des cours auprès du précepteur ?
Nëlinca salua le nain qui apparemment était son père et donna en guise de présentation ces mots :
- Füro, voici Wizi, un garçon de la rue, amateur de balaïca. Je ne désirais pas qu’il finisse comme les autres, mort de froid. Alors je l’ai invité chez nous.
Le marquis de Nölfinca répondit :
- Et tu as très bien agi ma fille. Notre manoir a toujours été ouvert à ceux dans le besoin.
Maraö entra et apporta la balaïca du patriarche qui proposa au jeune musicien dans l’âme de s’asseoir près de lui. Sa fille prêta son instrument à Wizichäum et pendant qu’ils se mirent à l’ouvrage elle demanda au marquis :
- Quelles nouvelles du grand conseil ?seigneur Wöuzossove était il présent ?
Tout en jouant le lament du marin, le vénérable nain expliqua sa réunion :
- La rumeur d’un conflit sans précédent s’avère être vrai. Les barbares aux barbes dorées menacent sérieusement les frontières de notre empire. Notre cher empereur a donné l’ordre de déployer la garde maritime sur les côtes méridionales. Quant à Wöuzossove il se tient prêt à lancer un assaut immédiat sur la Terre Mystique. Mais le Cûrolienno hésite sans doute par peur de perdre les accords de paix avec le peuple de la forêt écarlate.
Maraö glissa sa parole au milieu de la discussion :
- D’après ce qu’on prétend, le seigneur Wöuzossove n’arrive point encore à faire le deuil de sa mère. A cause de cela il sombre dans de furieux accès de colères équivalents aux comportements agressifs de son père, rendu fou par la perte de celle-ci. J’ignorais que les humains de Teï-Calhöua s’intéressaient tant à la chute d’une idole des nains.
Le serviteur dit d’une voix légère :
- Même si je proviens d’une lointaine terre et qu’on m’a assigné depuis peu à votre service, il m’arrive de temps à autre d’entendre les paroles des marchands lorsque Monsieur m’envoie quérir pour vos futurs repas.
Le bruit strident de l’alarme signifiant justement l’heure du dîner, fit se lever le marquis, sa fille et le jeune aveugle. Une fois à table, Maraö déposa différents plats répandant dans toute la salle à manger un mélange sucré-salé. Au cours de cette copieuse réception, Nölfinca raconta que d’énigmatiques ambassadeurs s’étaient présentés au grand conseil du Cûrolienno. Des nains vêtus de blanc, portant des capes faites de plumes mais leur casques imitant les oiseaux diurnes de la Terre Mystique, avaient dénoncé l’assassinat de la reine protectrice du Pharixerre, dame Wöttöchäummo et avaient dit à l’empereur qu’ils menaient une enquête sur les soldats de l’armée du Dhûllochrïm. Ceux-ci avaient reçu des ordres d’un maître nain adorant Töufftrûmmo. Etaient également venus un chef mécanicien d’une cité fumante en avance sur le progrès, ainsi qu’un haut archiviste du monastère des prêtres ouvriers qui détenait dans son immense bibliothèque la plus grande collection d’ouvrages littéraires. Tous avaient proposé leur soutien à l’empereur. Celui-ci les avait écoutés longuement avant d’expliquer que son vaste domaine préférait garder la neutralité afin de continuer à permettre les échanges commerciaux entre toutes les nations sur son sol. Wizichäum écoutait attentivement. Avant sa rencontre avec Nëlinca et sa famille, il avait vaguement entendu des échos sur une guerre à des milliers de kilomètres de sa terre natale sans vraiment y prendre garde. La perspective d’un grand conflit mondial l’envahit subitement. Il dit alors :
- Et vous qui suivez-vous monsieur?
Nölfinca rit d’un rire sincère.
- Tu en as du culot pour demander à un noble de se positionner et de choisir entre son empereur et son dieu protecteur.
Wizichäum tenta de se rattraper.
- Excusez moi de vous avoir manqué de respect. Après tout, vous m’avez recueilli.
- J’admire les gens qui osent dire ce que beaucoup pensent tout bas. Quant à savoir vers lequel de mes deux supérieurs je me dirigerais, il me paraît évident que notre bon vieux Cûrolienno est trop passif.
- Il tient surtout à conserver sa fortune mal acquise, dit Nëlinca qui n’appréciait guère l’empereur ni la corruption émanant de sa personne.
- Comme tant des nôtres qui depuis des siècles amassent leur butin. Et en un sens, ils ont raison car sans les échanges, nous n’aurions aucun avenir.
Le marquis de Nölfinca alluma sa pipe et reprit :
- Et d’un autre coté Wöuzossove est impétueux et prête peu d’importances aux conséquences de ses actes, à l’égal de son père. Mais au moins il peut se vanter de se battre pour une cause juste.
- Ne serait il pas possible de prendre à part le seigneur Wöuzossove et éventuellement monter une escouade pour débarquer sur la Terre Mystique ?
- Parlementer avec le maître des mers en personne et mener un assaut contre l’une des nations les plus puissantes de l’Offorchöm ? Mais attends une minute, c’est une idée grandiose !
- Un plan infaisable rétorqua Maraö
- Un plan pouvant provoquer inévitablement l’entrée en guerre forcé du Pharixerre aux côtés de nos véritables alliés dit Nëlinca, suivie par son père qui s’interrogea.
- Seulement nous devrons conduire cette expédition hors du continent et surtout nous devrons motiver quelques aventuriers à rejoindre cette contre attaque.
- Cela je m’en chargerai personnellement. A présent levons un verre à notre jeune invité doté d’un grand talent et d’un certain toupet !
Le choc des coupes en cristal tinta et l’on termina cette somptueuse soirée dans la bonne humeur et l’entrain.
Le lendemain, Wizichäum se leva tôt. Sans doute était-il sept ou six heures du matin. Il descendit dans le salon où les bûches crépitaient encore.
Nëlinca, déjà debout, salua gaiement le garçon. Au terme de leur discussion portant sur l’organisation de l’expédition, il dit à son amie :
- Merci mille fois de m’avoir reçu ici. Sache que lorsque l’heure sera à la bataille, quoiqu’il adviendra de mon corps ou de mon esprit, je me dresserai entre l’ennemi et toi.
Touché par ces propos, Nëlinca parla avec douceur et émotion :
- Tu est si pur d’âme Wizi. C’est la raison pour laquelle je t’ai amené au manoir car j’ai directement senti ta noblesse de cœur. Toutefois, avant de penser à me défendre, il faudrait qu’on t’enseigne l’art de la lutte et de l’escrime.
- A vrai dire, quand j’errai au sein des bas fonds d’Hallciwive, des bandits de toutes sortes ont tenté à plusieurs reprises de me chercher querelle. Et crois-moi, il goûtèrent tous la terre.
- Très bien. Allons donc à l’école de Cöllöph ! Là-bas, mon père testera ton niveau au combat.
La matinée passa un temps soit peu lentement. Après un petit déjeuner graisseux, constitué de petites brioches tartinées avec un beurre bien crémeux et une confiture de fruits de la région, arrosée de lait onctueux au miel, Wizichäum fit une courte promenade sur les falaises ou soufflait le vent du nord qui rafraîchit les pensées qui allaient et venaient dans l’encéphale bouillant du nain.
Finalement guidé par Nëlinca, il pénétra au centre d’étude des arts martiaux du Pharixerre où les attendait le marquis.
- J’espère que tu t’es bien rassasié mon enfant car maintenant ton corps va suer et perdre une grande quantité de calories.
- Je pense être paré et prêt. Emmenez-moi à mon adversaire !
L’école ne résonnait point du chahut des élèves turbulents ni des sermons des professeurs. En ces lieux régnait un silence sacré jusqu’au moment de l’appel du maître énonçant le nom de Wizichäum et d’un autre apprenti. Ceux-ci rentrèrent sur le tapis en forme circulaire. Dès le signal donné, l’aveugle se mit en garde. Ses sens aiguisés lui permirent de bloquer aisément les coups de poing. Mais l’autre combattant, nerveux et robuste, faillit mettre à mal le nain jusqu’à que ce dernier assène un puissant crochet du gauche mettant hors d’état de nuire le jeune novice. Nölfinca intervint à la fin du combat et dit en ébouriffant les cheveux coupés court de l’enfant :
- Mes chers apprentis je désigne Wizichäum comme étant mon nouveau protégé. Traitez-le tel votre frère car ses talents sont indubitablement incroyables ! Puis il chuchota à l’oreille de l’aveugle :
- Joli combat d’autant que tu viens d’étaler mon meilleur élève. Je pense sérieusement à t’intégrer dans notre équipe.
Wizichäum jubila de fierté et dès ce jour il ne cessa d’accroître sa confiance en lui.
Vers midi, ils se dirigèrent vers le vieux quartier d’Hallciwive et se rendirent chez un libraire, un vieux gaillard bien portant chauve et avec une imposante barbe grise, assis à son bureau, parlant tout seul, sûrement au travail. Le marquis poussa la porte qui déclencha la clochette, et il s’annonça :
- Firellec mon ami ! De nombreuses années nous séparent depuis notre dernière rencontre.
Levant la tête hors de son livre, il parla d’une voix grave :
- Tiens, tiens, regardez qui voilà. Monsieur le marquis. J’ai appris ta promotion au rang de membre du conseil. Franchement je m’attendais à ce que tu suives la voie de ta mère.
- La raison de ma venue n’est ni à propos de ma mère, ni de mon rang. J’ai une proposition intéressante pour toi.
- Quelle genre de proposition ?
- Une aventure dans les terres exotiques du continent des mystères.
Soupirant, Firellec souffla.
- Me vois-tu moi, frêle et écrivain, me rendre sur une contrée ou s’entrechoquent de puissantes nations ?
- Où est donc passé le meilleur pisteur expert dans le tir à l’arbalète et le maniement du poignard ?
- Ce temps n’est plus d’actualité. Je n’échangerai rien contre ma vie banale et tranquille.
- Jusqu’au jour ou les légions des barbes ensanglantées viendront ici pour incendier ta précieuse boutique.
- Quoi ? C’est eux le nouvel ennemi qui prend la place des Mhöunnuéens ?
- Oui. Et d’ici quelques semaines, ils prévoient d’attaquer les côtes méridionales.
- Désolé Nölfinca. Je ne peux participer à ton raid. De plus, le guerrier que j’étais jadis, n’a levé de lame depuis la guerre civile.
- Un garde maritime ne perd nullement ses réflexes, ni son aptitude au combat. J’insiste, il y aura un butin et le frisson de la bataille. Tu ne peux nier cette offre alléchante.
Firellec finit par accepter malgré lui.
Dans une des tavernes de la ville les plus mal fréquentées, une jeune naine aux longs cheveux blancs, trahissant son appartenance au Dhrimmtavar tout en armure, jouait au Karizidhell un jeu de pierre mondialement connu. Une forte odeur de parfum émanait d’elle. Elle venait de gagner encore une fois. Le reste des participants, enragé de perdre leur or, se préparait à cogner. Toutefois, sa vitesse de frappe et sa dextérité eurent raison des perdants. Wizichäum et le marquis ainsi que Firellec s’approchèrent de cette experte en jeu.
- Salutations Krillënnër d’après ce qu’on peut voir tu n’a point perdu ta ruse et ta malice dit Nölfinca.
La demoiselle soupira.
- Oui, mais je commence à me lasser de gagner et de ne pas trouver d’adversaire de valeur.
Le groupe s’assit et Firellec expliqua le projet à Krillënnër, ancienne sentinelle d’Öllkewero. Venue s’installer au Pharixerre au début pour espionner les faits et gestes du Cûrolienno, cette demoiselle masquée prit goût au charme de la capitale. Cependant, après l’étalement du plan secret, elle rejoignit sans plus d’argumentations l’escouade de choc.
- Cela fait si longtemps que je n’ai vu la forêt des merveilles et surtout la blanche forteresse d’Hallkiphilaïss, répondit-elle car la nostalgie de ces bois mystérieux lui revenait à présent.
Il fallut de longues heures pour mettre la main sur la prochaine recrue. Krassäur le Tcheïff, un géant composé de pierre et de glace, autrefois fidèle champion d’Avaröummûch, travaillait en tant qu’assistant d’architecte à la périphérie d’Hallciwive, une gigantesque porte, contrôlant l’accès au froid océan de verre et faisant transiter les marchandises sur le fleuve Brallac. Ce monstre de muscles et de force haranguait les ouvriers depuis le haut de la porte. Sa voix seule parvenait aux oreilles de ces maçons qui posaient des blocs de pierres en contrebas de l’énorme structure. Nëlinca connaissait de longue date Krassäur puisqu’il avait aidé sa famille à restaurer leur manoir et avait c**çu le grand minaret donnant une vue imprenable sur la ville.
Il l’étreignit.
- Ma petite Nëlinca . Lors de notre dernière entrevue, tu sautillais et rigolais en permanence. Désormais tu es grande et belle.
- En revanche, le temps ne marque point encore ton corps toujours aussi impressionnant.
- Que veux-tu, c’est le don que le père de l’hiver nous offrit jadis.
Krassäur serra en douceur la main du marquis.
- Comment allez vous maître Nölfinca ?
- Fort bien heureusement mais les troubles au sud me causent un grand souci.- Oui. Beaucoup de mes travailleurs ne parlent que de cela toute la journée.
Le groupe et le Tcheïff discutèrent de la future expédition. Loin de l’architecte et des tailleurs de pierres, hésitant car pacifique, Krassäur fut finalement convaincue par la troupe. Celle-ci devait se doter d’un guerrier de ce genre. Comme pratiquement tous les membres de sa race, le géant avait quatre bras noueux recouvert de tatouages ésotériques. Malgré qu’il lui manquait un œil, ce titan conservait son adresse. Sa longue barbe teinte en bleu glacial et ses mâchoires en acier en imposaient devant n’importe quel ennemi. A présent, il ne restait plus qu’une personne à recruter. Wöuzossove.

Bien à vous
Öllkewero
Revenir en haut Aller en bas
vg11k
Enfant nain
Enfant nain
avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 26/10/2018

MessageSujet: Re: Le joueur de Balïnca (partie 2)   Mer 21 Nov 2018 - 14:06

Ptite histoire qui se met doucement en place. Attention cependant aux phrases à rallonge, notamment au début de l'intro.

Un personnage-narrateur aveugle est toujours délicat à employer : comment décrire ce qu'il ne voit pas ? Certes il lui reste 4 sens exacerbés par l'absence de la vue, mais à retranscrire sur le papier, c'est une autre paire de manches. Pourtant, jusque là, tu t'en sort plutôt bien je dois dire.

Niveau mise en forme, pour le confort des lecteurs dans les prochains chapitres, essai de sauter des lignes entres les paragraphes de narrations. Durant les dialogues ce n'est pas nécessaire cela dit. Pense cependant pour ces derniers à mentionner plus souvent qui est la personne en train de parler. Surtout s'ils sont longs.


Je suis pas familier de la politique locale, mais n'est-il pas plus confortable de garder les récits d'une même histoire dans le seul topic ?
Revenir en haut Aller en bas
Belegam forte rancune
Enfant nain
Enfant nain
avatar

Nombre de messages : 21
Age : 15
Date d'inscription : 11/12/2017

MessageSujet: Re: Le joueur de Balïnca (partie 2)   Jeu 29 Nov 2018 - 14:36

Je suis d'accord avec vg11k, pour un personnage aveugle, je pense que tu devrais accentuer les détails olfactifs et auditifs, notamment dans tes descriptions de lieux, et récits de combat quand Wizi est directement impliqué.
Sinon, j'aime toujours autant l'histoire, et tout ces détails à propos de cet univers attisent ma curiosité
Hâte de lire la suite! Pouce OK


Combien faut il de nains pour creuser en deux jours un tunnel de 28 mètres dans du granite?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le joueur de Balïnca (partie 2)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le joueur de Balïnca (partie 2)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pitié pour un pauvre joueur sans partie
» Joueur disparu - partie 4068
» FRITZ 12 : TITRE : JOUEUR DE CLUB EN PROGRESSION
» Désinscription joueur partie 3523
» Partie d'agricola solo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Nains , Duardins , Fyreslayers et Kharadrons :: Créations, Modélismes, Annonces & Divers [Warhammers Nains] :: [Nains] Demeure des Clans [Création Clans/Citadelles/Histoires & récits]-
Sauter vers: